Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Sécurité routière : des boites noires d'ici 2022

Vers un enregistrement des données d'accidents imposé sur les véhicules neufs

L'Union Européenne en pleine modernisation des standards de sécurité des véhicules

Sécurité routière : des boites noires d'ici 2022Améliorer la sécurité routière et faire reculer le nombre de décès chaque année sur les routes est un objectif que se sont fixés de nombreux pays, dont la France. A ce sujet, l'Union Européenne a elle aussi de nombreuses idées pour sauver des vies dans les transports.

Il y a presque un an, la Commission Juncker proposait ainsi de moderniser la sécurité routière en s'attelant directement aux équipements des véhicules en ajoutant, à terme, pas moins de 19 dispositifs de sécurité avancés.

Outre les éthylotests anti-démarrage, le freinage automatique d'urgence ou encore le limiteur de vitesse automatique, une des autres évolutions passera dans l'intégration aux voitures et camions d'un enregistreur de données qui sera capable de mémoriser les événements critiques survenus avant un accident. Une sorte de boîte noire en somme.

L'objectif aujourd'hui affiché par l'Europe est d'utiliser les données récoltées - vitesses, freinage, localisation GPS - sur les accidents afin de réaliser des analyses plus approfondies pour mieux agir sur les causes des accidents et ainsi les réduire.

Pour autant, ces "boîtes noires" sont encore assez obscures et l'on ne sait pas quelles seront exactement les données qui seront enregistrées, combien de temps elles seront disponibles ou encore qui pourra y accéder. Tous ces points devront être abordés par le Parlement avant que les équipements supplémentaires ne soient adoptés par Bruxelles. La proposition actuellement en débat est cependant prévue pour une entrée en vigueur rapide afin d'équiper les véhicules neufs à partir de 2022.

Plus d'infos sur les enregistreurs de données d'accident