english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Pourquoi il faut défendre les concentres

Toutes les concentres ont un point commun : la mise à plat, temporaire, de l'échelle sociale.

Je ne sais pas quand a été interdit le carnaval en France, cette nécessaire soupape de sûreté sociale. A nous, motards, il reste les concentres pour nous échapper du lancinant monotone.

Pourquoi il faut défendre les concentres (c) photo : Sahil Prajapati
Pourquoi il faut défendre les concentres (c) photo : Sahil Prajapati

Toutes les concentres ont un point commun : la mise à plat, temporaire, de l'échelle sociale. Oh, elle n'est pas bien loin, elle pointe dans le vocabulaire, la posture, les agrégats qui se forment naturellement dans tout regroupement humain. Mais pendant quelques heures, le temps que les grumeaux de sociétés se forment, les motards se mélangent, oublieux de ces règles dont il est bon parfois de se rappeler combien elles sont omniprésentes et inflexibles.

La concentre, c'est cette anomalie dans la trame ordonnée de nos vies, un recoin de nomadisme qui subsiste malgré la cravate obligatoire et les panneaux qui te rappellent avec des dessins idiots qu'il faut se laver les mains après être allé pisser. Là, au contraire, personne ne viendra t'assommer avec un chapitre du Code civil si tu bouffes tes merguez avec les doigts et que tu as la goutte au nez. Tout le monde a la goutte au nez : ça caille, il fait humide -putain, on va en chier pour sortir de ce champ détrempé.

La concentre, c'est le moment où les dénominateurs communs se réduisent aux seules bécanes. Où tes qualités peuvent se mesurer à la distance que tu as parcourue pour venir planter ta tente sur ce bout de colline pas encore enneigée -mais ça ne va pas tarder, ils annoncent 15 centimètres cette nuit. Tu te résumes, un instant délicieux, à un couple simple, immédiatement lisible : toi et ta bécane. Rien de plus. Elle est ton CV, ton parcours de vie et plus seulement un véhicule.

Tu as remarqué ? C'est dans les concentres que la hiérarchie s'inverse brusquement : celui qui a la plus petite et qui vient de plus loin remporte le concours du plus courageux. 300 bornes en 125 et t'es soudain un demi-dieu vivant, un mec (ou une nana) qui en a. C'est un phénomène curieux. Pourtant je sais que ceux qui viennent en 125 en chient carrément moins que les amateurs de gros machins sur les derniers kilomètres, quand la boue transforme ta routière en enclume vicieuse qui se dérobe, quand la neige fait de ton confortable carénage un appendice fragile et coûteux ; le mec en 125 s'en fout : il pédale en rigolant dans la gadoue, gaz en grand.

Nous faisons connaissance, avec nos motos comme point de contact immédiat, lisible, manifeste. De là, nous rebâtissons une autre structure sociale. Nous racontons nos histoires, souvent avec de grands gestes. La moto fait ressurgir le conteur endormi en nous. Souvent drôle. Parfois triste, quand on parle de ceux qui ne sont pas là parce qu'à un stop/parce que sous la pluie/parce que trop vite… Ils sont là, bien sûr, mais différemment, comme plus flous dans le décor, à la limite de la zone de clarté des feux de bois.

Autour du feu, justement, se rejoue une scène qui remonte à si loin dans le passé qu'il faut creuser nos os avec du métal pour la retrouver. Pourtant tout ressort là, presque intact : le feu, le froid, la boue, l'épreuve, la Lune, le grand ciel, les contes. "Qu'est-ce qu'on mange ?" Le cadre est clair : il ressurgit des replis assombris de notre couche animale. Nous avons laissé en bas de la pente qui mène ici le gros de l'artificiel de nos vies "modernes" -on serait tous morts si on restait ici trois semaines, tellement on est plombés par le progrès.

La concentre, c'est aussi un peu ça : se rappeler ce qu'on a perdu presque complètement en devenant ce que nous sommes. Un retour en arrière pour quelques heures. Sentir sans risques que c'était très risqué alors. On redevient aussi un peu des mômes, qui s'amusent à se faire peur pour se sentir vivre.

Et puis je remonte sur ma bécane. On rentre en groupe. Celui-ci se dissout au gré des sorties d'autoroute ou des croisements. L'un à gauche, l'autre à droite. Je finis les derniers kilomètres seul, avec sous la pellicule de civilisation cette vieille trouille du sauvage qui sait qu'isolé, sans sa tribu, il pourrait tout aussi bien être mort.

Il reste de la boue de là-bas sur mon bras oscillant. Mon duvet humide sent le feu de bois. C'est officiel : j'ai chopé un putain de rhume.

C'est irremplaçable.

Plus d'infos sur les chroniques

Attention Kronik ! 100% mauvaise foi ! Ceci n'est pas un article ni une brève (voir historique si nécessaire). L'abus de kronik peut être dangereux pour la santé de certains. Ne pas abuser.

Commentaires

XM

j'ai jamais fait de concentre, mais apparemment c'est un peu comme le camping où tu alignes des Bobo en gros SUV avec des vélos qui coûtent plus chers à l'unité que le minibus de la famille groseille juste à côté. Tout le monde attend devant la douche avec ses tongs et sa serviette, ou se trimballe avec son rouleau de PQ qui dépasse de la poche.
tu vis des entraides improbables pour mettre en place la caravane du voisin, faire démarrer le minibus en panne avec le SUV, creuser des rigoles pour ne pas être inondé par l'orage comme la nuit dernière,...
le genre de truc Chikouf: Chic on arrive, Ouf on repart

19-11-2019 07:19 
big fish

mes premières concentres remontent aux années 70.j'en ai pas mal a mon actif. Prendre la route avec un but est déjà excitant, en plus aller a la rencontre des "autres", c'est tout simplement magique.
Evidement qu'ils faut préserver les concentres, même les développer !

19-11-2019 13:28 
Bee Loo

"Just you and your bike" (Continental Circus)

19-11-2019 13:52 
Godzilla

Citation
XM
j'ai jamais fait de concentre, mais apparemment.....


Tu admettras que ça commence mal.

19-11-2019 16:28 
Gouniaf

19-11-2019 20:45 
Gouniaf

Cette chronique me donne envie de rouler sous la pluie / sur la neige.

19-11-2019 20:46 
tom4

sympa cette chronique

tom4

19-11-2019 21:13 
froggyfr99

Bref: retour à l'essentiel !

20-11-2019 07:29 
woodspire

Allez aux Millevaches, les 13, 14 et 15 décembre prochain : vous aurez les images qui vont avec l'article, c'est exactement l'ambiance !

20-11-2019 14:19 
XM

Godzilla: J'admets
je m'y mettrai peut-être, vieux motard que jamais

V

20-11-2019 16:44 
cajo

Citation
XM
j'ai jamais fait de concentre, mais apparemment .../

Eh bien fais en quelques unes, et vient nous faire partager ce que tu y auras vécu pipeau

Perso, j'apprécie régulièrement de rencontrer d'autres motards dans des circonstances qui peuvent peut-être te paraître étranges ...

Bon, si on s'y croise pas, c'est pô grave hein sourire

21-11-2019 08:39 
robert973

j'ai participé au Millevache en 2012 avec ma FJR et aux Éléphants en 2013 avec ma Verys 650.
Ambiances merveilleuses aux deux, partages aux deux même quand on ne parle pas la langue.
Sous la tente au Millevache, en bourgeois dans un gite pour les Éléphants. Quelles expériences d'amitié.
Un trajet mémorable avec les copains dans les deux cas.
Mais le retour difficile des Éléphants m'a vacciné (tempête de neige du côté de Munich et gamelle sans gravité pour moi sur l'autoroute).
Mais que des bons souvenirs !
Une remarque : les mauvaises routes ont été beaucoup plus difficiles à gérer avec la Versys (200 kg) qu'avec la FJR (300kg). Serait-ce dû au fait que la Versys est un bi-cylindres ?

21-11-2019 16:48 
dante

Très jolie chronique, qui me conforte dans l'idée que je n'en ferais sans doute jamais: si déjà c'est pas tentant quand c'est aussi joliment présenté …

21-11-2019 17:27 
XM

cajo: non, c'est pô grave effectivement

21-11-2019 20:04 
cajo

[attachment 32455 Elaphants201234.jpg]

V

27-11-2019 09:33 
fift

Citation
robert973
Une remarque : les mauvaises routes ont été beaucoup plus difficiles à gérer avec la Versys (200 kg) qu'avec la FJR (300kg). Serait-ce dû au fait que la Versys est un bi-cylindres ?

Vraisemblablement plutôt grâce à la qualité des suspensions de la FJR. clin d'oeil

27-11-2019 13:26 
cajo

[attachment 32460 1000V201205319.jpg]

V

28-11-2019 09:21 
TOM

Millevaches:

2014

2013

applaudissementsuper

28-11-2019 09:40 
cajo

[attachment 32461 lospinguinos2009.jpg]

V

29-11-2019 06:52 
KPOK

l'est à fond, le cajo, là.
tiens, pour une fois je m'offre un smiley : sourire

30-11-2019 08:40 
cajo

content
[attachment 32466 VVVV.jpg]

V

30-11-2019 14:39 
Peterpan

Y a certaines concentres qui relèvent plus du challenge !!..j'ai essayé 2 fois :

la 1ère fois ma passagère n a pas apprécié :


d13ca7a546f33c4a5138ee655e69a1a6.jpg


la 2 eme fois j'ai pas réussi à atteindre la concentre :

MotoGP017_BarberaZamoraSnow1.jpeg


clin d'oeilclin d'oeil

Mais oui bien évidemment il faut défendre a tout prix l'esprit des concentres !!!

30-11-2019 16:29 
cajo

... attends, j'ai de quoi te réchauffer tire la langue

[attachment 32468 Arguis13.jpg]

V

30-11-2019 19:27 
cajo

[attachment 32476 IOM.jpg]

V TT of IOM ... au delà des compèt' une gigantesque concentre dans un état d'esprit festif et respectueux pour l’événement et son histoire.
(ici l'apéro des Français, à Douglas le mercredi)

02-12-2019 18:33 
green daddy

Faire une concentre hivernale, ça ne s’explique pas, ça se ressent.
1000 vaches 1974, 2011, 2017
Elephant 1982, 1983
J’espère faire les 1000 vaches cette année mais cela va grandement dépendre du temps.
A presque 70 balais faut se ménager….

02-12-2019 18:35 
cajo

[attachment 32482 Arguis15.jpg]

V

04-12-2019 12:10 
cajo

[attachment 32488 DragonRallye.jpg]


Dragon Rallye (nord du Pays de Galles)
La photo n'est pas de moi, j'y suis pô allé ...
respect

06-12-2019 07:30 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous