english

Essai Peugeot Pulsion 125

Scooter Active, GT ou Allure ?

Monocylindre 125 cm3, 14,4 ch, 12,4 Nm, 169,5 kg, à partir de 4.549 euros

Le scooter GT, le graal des constructeurs de scooters, car ce sont bien eux qui trustent les têtes des ventes de deux-roues en France, notamment avec le Honda Forza et le Yamaha XMax. Et Peugeot aimerait bien se payer une part du lion sur ce segment tant convoité et source de ventes. C'est dans ce cadre qu'est sorti en 2018 le Pulsion 125, désormais Euro5, en complément des modèles Tweet et Django. Et adieu aux CityStar (2011) et Satelis, modèles GT historique de la marque, le dernier avec son fameux coffre s'ouvrant notamment par l'arrière au même titre que le Metropolis. Mais c'est un adieu sans regret, tant le Pulsion propulse le scooter GT dans une nouvelle ère, par rapport à ses prédécesseurs, ne serait- ce qu'en terme de look de finition et de connectivité.

Essai scooter Peugeot Pulsion 125
Essai scooter Peugeot Pulsion 125

Le Pulsion 125 se décline même en trois versions, avec des prix et prestations différentes, depuis l'entrée de gamme Active jusqu'au GT (sans top-case) en passant par l'Allure (avec top-case de série). On a ainsi aussi bien une version plus accessible, qu'une version GT avec son top-case de série et une autre plus "sportive". Mais les trois modèles partagent la même plateforme, construite en France dans l'usine de Mandeure et avec cette patte issue de l'automobile que l'on retrouve chez le constructeur.

Le Peugeot Pulsion 125 revient en version Euro5 depuis son lancement en 2018
Le Peugeot Pulsion 125 revient en version Euro5 depuis son lancement en 2018

Découverte

Adieu donc le Satelis et bienvenue au Pulsion, avec des lignes plus modernes, voire plus djeun's, notamment avec ces canines à l'avant et ces griffes à l'arrière. Il se distingue notamment de la concurrence par sa grille avant à damiers avec ses inserts chromés, ses jantes diamantés, son saute-vent ou sa bulle (en fonction du modèle) ou encore par son l'instrumentation à double cadran analogique et enfin sa connectivité avec le système système i-Connect. La connectivité était relativement novatrice en 2018 et se démocratise depuis, poussant également les prix vers le haut. Mais l'automobiliste qui veut retrouver un environnement auto avec son permis B (et ses 7h de formation) désire se retrouver en terrain connu avec cette connectivité et les codes de l'auto. Cela tombe bien, Peugeot pousse le concept jusque dans les détails avec la qualité perçue des plastiques ou encore les phares full LED, les feux de circulation diurnes DRL, l'écran TFT, le transpondeur (smart key) et une prise USB.

Eclairage à LED, bulle réglable et grille
Eclairage à LED, bulle réglable et grille

Sous l'habillage, on retrouve le monocylindre PowerMotion de 125 cm3 à refroidissement liquide, sur base du moteur utilisé dans le Django, en tout cas pour la partie bas moteur, le haut moteur étant spécifique. Avec Euro 5, le Pulsion délivre désormais 14,4 chevaux (10,6kW à 8800tr/min et 14,6 cv en 2018) pour un couple quant à lui en augmentation à 12,4 Nm (à 6.900 tr/mn, 11,9 Nm en 2018). Sur le papier, on devrait donc gagner en reprise. Et la nouvelle version 2022 bénéficie également d'un nouveau châssis et surtout d'un nouvel échappement et silencieux.

Elégant, cossu et bien fini
Elégant, cossu et bien fini

Et il y a à la fois une béquille latérale et une béquille centrale (facile à manier).

On note le logo du Lion de la marque, en relief sur la bulle et sur le feu arrière ou au contraire en défonce dans le plastique du cache moteur.

Feu arrière à LED à griffes
Feu arrière à LED à griffes

Et le choix de qualité se termine avec la monte d'origine en Citygrip Michelin.

En selle

790 mm ! Voilà une hauteur de selle raisonnable, qui devrait permettre de bien mettre les pieds à terre, ce qui n'est en fait pas le cas pour le pilote d'1.70m, à cause d'une selle large. On se retrouve donc sur la pointe des pieds, comme pour les autres scooters concurrents majeurs. Avantage, on a une vue au-dessus du flot des voitures.

Un scooter élégant et bien fini
Un scooter élégant et bien fini

On découvre un bel écran TFT central de 5 pouces avec deux compteurs pour la vitesse à gauche et le régime moteur à droite avec des graduations inversées comme sur certaines autos (même le début du compte-tours débute par la droite pour grimper dans le sens contraire aux aiguilles d'une montre). L'écran est naturellement connecté avec l'application Peugeot, ce qui permet de voir les directions au tableau de bord pour se rendre à destination (sous forme de flèche et non pas de carte). Par contre, attention, si la licence est offerte lors de l'achat, il faudra débourser 60 euros par an (ou 100 euros tous les deux ans), pour pouvoir continuer à l'utiliser (et bénéficier des mises à jour des cartes).

Un tableau de bord lisible, avec directions (mais pas de carte GPS)
Un tableau de bord lisible, avec directions (mais pas de carte GPS)

Les mains tombent bien sur le guidon, offrant une position naturelle. Et si déjà extérieurement, le Pulsion parait petit, c'est encore plus le cas à bord où l'on se sent sur une cylindrée inférieure en termes de gabarit, alors que sa largeur est dans les standards à 760 mm. Pour autant, il y a de la place à bord y compris pour les plus grands qui auront la place pour leurs genoux qui ne viendront à toucher le tablier. Cette impression de finesse permet aussi de se faufiler dans la circulation avec aisance. S'il n'est pas le plus léger du marché avec ses 169.5 kilos en ordre de marche (162 pour le Forza, 166 pour le Xmax), le poids est bien réparti et ne se ressent pas de trop.

L'accès aux menus se fait devant les commodos gauche et droite
L'accès aux menus se fait devant les commodos gauche et droite

On apprécie le vide-poche et sa prise USB à gauche, ainsi que le transpondeur, permettant de garder la clef dans sa poche. Le modèle Allure bénéficie en plus de série d'un top-case de 39 litres aux mêmes coloris que le scooter et de sa plateforme (par contre, le top case demande une vraie clef mécanique pour l'ouvrir), ceci expliquant en partie les 350 euros d'écart avec le modèle Active. Et avec le top-case, la capacité d'emport passe à 78 litres.

Vide poche avec prise USB pour recharger
Vide poche avec prise USB pour recharger

Mais c'est encore une fois la qualité de la finition que l'on apprécie une fois à bord, renforcée par la jolie signature à LED qui entoure tout le tableau de bord. Le mélange de plastique de qualité est vraiment bien fini et au niveau du premium que l'on trouve dans l'auto. C'est cossu et valorisant.

Connectivité

Les deux boutons placés derrière le guidon (quand on est assis) permettent d'accéder aux menus du tableau de bord, avec les réglages, à gauche et le trip à droite.

Peugeot Pulsion 125 GT, choisir l'Allure pour avoir le Top-Case
Peugeot Pulsion 125 GT, choisir l'Allure pour avoir le Top-Case

Contact

Le Pulsion se cale au ralenti à 2.000 tr/mn, sans presque aucune vibration et en émettant très peu de bruit (73 db uniquement). On notera que le scooter peut rester sur sa béquille latérale, même moteur allumé. Et d'ailleurs, c'est la solution pour que le contact ne se coupe pas automatiquement. Car moteur éteint, le contact et donc le tableau de bord se coupe très rapidement (idéal pour ne pas risquer sa batterie). Par contre, cela oblige à réenclancher (enfoncer puis tourner) le bouton de contact du tablier (appuyer 5 fois sur le bouton rotatif pour annuler la coupure automatique du contact).

4.899 euros pour le GT
4.899 euros pour le GT

En ville

Le Pulsion se prend en main facilement, offrant le bon mix entre maniabilité et stabilité, même s'il est plus vif que stable. Le monocylindre prend immédiatement ses tours pour grimper aussitôt à 7.000 tr/mn à 30 km/h sans que cela ne se ressente de trop à son guidon, avec des accélérations douces et régulières lui permettant d'arriver tranquillement à 50 km/h. L'automobiliste n'aura pas peur avec trop de puissance et les 14,4 cv se cachent bien, asphyxiés par les normes antipollution. Mais on remarque immédiatement son confort, que le bitume soit lisse ou au contraire pavé et même bosselé. Le Pulsion vole au-dessus des nids de poule comme rarement un autre scooter. Et pour peu qu'une vraie cote se hisse devant la route, on sera sûr avec lui de respecter les limitations de vitesse... même si poignée à toc en ville en cote, le compte-tours accepte d'aller à 8.000 tr/mn afin d'aider à propulser le scooter, surtout en duo.

Et le petit plus sécurité, ce sont les warnings qui s'allument automatiquement lors de chaque freinage appuyé (pas juste en léchant les freins), une bonne manière de moins se faire rentrer facilement dedans.

La maniabilité est au rendez-vous
La maniabilité est au rendez-vous

Sur autoroute

Le Pulsion prend doucement ses tours pour aller se caler à 100 km/h. Bien lancé et avec beaucoup d'élan, il pourra aller chercher un 110 km/h compteur, en se stabilisant alors à 9.000 tr/mn. En descente, il peut prendre quelques kilomètres heures de plus, confirmant sa vitesse max officielle de 106 km/h. Par contre, si la route monte légèrement, il stagnera plutôt à 90/95 km/h compteur maximum, en solo et un peu moins en duo. Ceci limite du coup les vélléités de faire beaucoup de péri-urbain avec. D'un autre côté, comme l'avant est relativement vif, dès que l'on aborde des grandes courbes, on relâche un peu la poignée de toute manière pour éviter de dépasser les 100 km/h. Le Pulsion donne ici moins confiance en grandes courbes à pleine vitesse que d'autres modèles de scooters 125.

110 km/h en vitesse de pointe
110 km/h en vitesse de pointe

Sur départementales

Le Pulsion invite à rouler de façon bucolique à travers la campagne pour apprécier le paysage. Il reprend doucement ses tours pour passer d'un virage à l'autre en toute quiétude. Il contribue à une forme de douceur de vivre, d'autant plus que le silencieux reste discret. Il roulera naturellement autour de 80 à 90 km/h et plutôt 80 km/h en cas de légère déclivité mais ira jusqu'aux 100 km/h sinon, voire 110 km/h dans de bonnes conditions. Il ne faut pas trop le brusquer sur des virolos qui s'enchaînent, étant plus vif que stable et demandant donc un peu de vigilance.

Un excellent confort en solo et duo
Un excellent confort en solo et duo

Freinage

Le Pulsion offre plutôt un bon feeling et une puissance globale qui ne fera pas peur à l'automobiliste, avec un ABS renforcé par le freinage combiné SBC (répartition avant et arrière). Le feeling permet de bien sentir que le disque de 250 mm entre en action à l'avant voire le 210 mm du frein arrière, mais on attend un peu avant d'avoir l'impression que cela freine. A ce jeu là, en ville, le frein arrière donne presque l'impression d'être plus efficace que l'avant, ce dernier étant un peu spongieux. Mais le freinage est surtout efficace si utilisé de façon couplée, gommant alors les défauts respectifs de l'avant et l'arrière. D'un autre côté, le scooter n'est pas assez dynamique pour mériter plus de puissance non plus. L'ensemble est homogène mais demandera à ne pas hésiter à prendre les deux leviers à pleine main pour en tirer toute la quintessence ou à bien anticiper tout freinage. L'arrière est efficace au début et doit être rapidement complété par l'avant qui donne une petite impression de spongieux sur la fin du freinage. Par contre, l'ABS n'entre pas facilement en action et s'oublie complètement.

Freinage ABS combiné SBC, simple disque de 260 mm à l'avant
Freinage ABS combiné SBC, simple disque de 260 mm à l'avant

Confort/Duo

On l'a dit, le Pulsion est confortable, avec sa selle, mais surtout ses suspensions, qui gomment toutes les aspérités et défauts de la chaussée, absorbant même plutôt bien les dos d'ânes. C'est clairement le gros point fort du Pulsion par rapport à la concurrence.

Une selle moelleuse et un amortissement souple pour le confort avec de grandes poignées passager
Une selle moelleuse et un amortissement souple pour le confort avec de grandes poignées passager

Le constat est le même en duo, où le passager sera bien assis, à l'aise avec de larges poignées et ne génèrera pas non plus l'effet de ballant que l'on constate sur certains modèles avec une position trop haute du passager.

Double amortisseur réglable sur cinq positions, débattement 90 mm
Double amortisseur réglable sur cinq positions, débattement 90 mm

Les repose-pieds passager sont bien large et disparaissent complètement une fois rétractés dans le carénage.

Consommation

Peugeot annonce une consommation normalisée à 2.5 l/100 km, soit 400 km d'autonomie théoriques avec les 11,1 litres du réservoir. On sera plutôt autour des 2.9 voire 3 litres en conditions réelles, avec une autonomie de l'ordre des 350 kilomètres. Mais si on roule doucement et de façon continue, on a réussi à descendre à 2.8 l/100 km, avec une autonomie globale jusqu'à 380 km avec les meilleures conditions réunies.

Réservoir de 11,1 litres, conso de 2.9 l/100 km
Réservoir de 11,1 litres, conso de 2.9 l/100 km

Connectivité

La connectivité, c'est dans l'air du temps et c'est bien. Ce serait encore mieux si c'était conçu de façon intuitive.

Ecran navigation sur l'application mobile du smartphoneLe manuel indique de télécharger l'application et d'activer ensuite le Bluetooth à l'écran. Le problème, c'est qu'une fois le scooter allumé, il s'éteint automatiquement au bout de quelques secondes, avant que l'on ait eu le temps d'activer le Bluetooth. L'astuce - non indiquée dans le manuel - est de pousser le bouton rotatif 5 fois de suite, avant d'allumer le scooter. Et çà, il est impossible de s'en douter, d'autant plus que l'application mobile n'indique aucun pas à pas dans ce sens. Déjà que l'application oblige à se créer un compte spécifique sur internet. Ensuite, si on veut utiliser la navigation, il oblige à télécharger la carte. Soit. Dans notre cas, il restait 6 Go sur le smartphone, la carte faisant 2 Go, elle devrait donc avoir la place nécessaire. Mais le téléchargement s'arrête au bout de 7% en disant qu'il n'y a plus de place. On décide alors de charger uniquement la carte d'Ile de France et non pas tout la France, puisque l'appli le permet. La carte de 323 Mo se charge. Mais quand on clique sur navigation, il demande à nouveau de charger toute la France. Et on se retrouve donc dans l'impossibilité d'utiliser la navigation. Rien d'insurmontable, il suffit de faire de la place. Du coup, une fois que vous avez réussi à télécharger toute la carte, là, vous avez accès à la navigation avec une carte MAIS sur l'application mobile uniquement. Sur le tableau de bord du scooter par contre, il y a juste une flèche (pour vous indiquer la direction à prendre), le nombre de mètres jusqu'à la prochaine bifurcation et en tout petit en bas de l'écran (limite pour les yeux car vraiment petit), le nom de la rue en cours et la prochaine.

Par contre, à chaque fois que l'on lance la navigation, il vérifie la licence en cours, ce qui peut prendre jusqu'à 1 minute et nécessite donc d'avoir une bonne connexion (a contrario d'un GPS qui a toujours la carte en interne et s'affiche tout de suite). Pour avoir fait des trajets en suivant les recommandations de navigation, Waze est beaucoup plus efficace. Ici, l'application nous a fait faire des détours que l'on n'a pas compris en faisant perdre beaucoup de temps par certains chemins.

On aurait naturellement davantage apprécié une vraie navigation avec carte complète comme tout GPS, d'autant plus qu'il faut payer 60 euros par an pour y avoir le droit.

Bref, on sent qu'il y a une volonté de proposer de la connectivité et que cela doit marcher quand toutes les planètes sont correctement alignées. Mais il y a encore du progrès à faire en terme d'ergonomie, d'intuitivité et de facilité d'utilisation.

Par contre, on a quelques infos plus précises comme le pourcentage exact de niveau du réservoir, ou encore le régime en temps réel... en plus des infos déjà présentes sur le tableau de bord.

Les écrans de l'application mobile
Les écrans de l'application mobile

Pratique

Le coffre de 39 litres de la version Allure permet d'accueillir un intégral et un jet, avec une capacité moindre que le Forza ou le XMax. Mais cela reste relativement logeable et on peut notamment y glisser des gros classeurs A4 en largeur.

Le Peugeot Pulsion Allure inclut le top-case de série
Le Peugeot Pulsion Allure inclut le top-case de série

La mise sur béquille centrale est facile, pour tous les gabarits.

On peut régler la hauteur de bulle (mais avec des outils).

Il y a en option un tablier (123 euros) ou des manchons (56 euros) un pare-brise haut (140 euros), voire un antivol compact (141 euros), mais pas de poignées chauffantes (en tout cas chez Peugeot, mais certains concessionnaires sont capables d'en monter).

Essai du Pulsion en vidéo

Conclusion

Les automobilistes seront ravis par la qualité de finition et l'habitacle intérieur du Pulsion 125. Et s'ils veulent en plus du confort au quotidien, ils seront comblés avec un scooter vif et maniable. Seuls sa puissance et sa dynamique en retrait par rapport à la concurrence pourront frustrer un ancien propriétaire de Forza ou XMax. Dans tous les cas, c'est avant tout un scooter urbain. Et avec un prix de base à 4.549 euros jusqu'à 4.999 euros avec l'Allure sans oublier les 4.899 euros du GT, le Pulsion 125 est bien positionné en prix, avec le bonus de plus en plus important du "made in France" et d'un réseau de 300 concessionnaires dans toute la France.

Points forts

  • finition
  • confort

Points faibles

  • moteur
  • capacité d'emport

La fiche technique du Peugeot Pulsion 125

Conditions d’essais

  • Itinéraire: petites routes variées + autoroutes interurbaines avec beaucoup de ville
  • Kilométrage du scooter : 300 km

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Peugeot Pulsion 125? Devis en ligne
FMA Calculez le prix de votre assurance en 2mn avec FMA

Triumph