english

USA : Victory poursuivi après l'accident d'un policier

La famille attaque le constructeur et l'instructeur pour "négligence"

USA : Victory poursuivit après la mort d'un policierEn mai 2016, Sean Johnson, officier de police à Hilliard dans l'Ohio décédait lors d'un accident de la route survenu pendant une formation de conduite à moto. Et alors que ce tragique incident semblait appartenir au passé, la famille du défunt intente aujourd'hui un procès au constructeur ainsi qu'au formateur pour négligence ayant entraîné la mort.

En 2016, la municipalité d'Hilliard achète quatre motos Victory Steatlh Commander I pour former une nouvelle unité et faire suite à la demande de la police faite un an plus tôt auprès du conseil municipal. Le 16 mai 2016, Sean Johnson, Brandon Long, Robert White et Kyle Bright débutent leur formation sous l'encadrement de Timothy Klenk et du directeur des ventes de Victory Police Michael Schultz.

A l'issue de trois jours de formation, la brigade se lance dans une première sortie sur route. En début d'après-midi ce 19 mai, les officiers s'engagent sur l'Interstate 270 depuis la route 161. C'est alors que sur la rampe d'accès, Johnson vient toucher la sacoche arrière de Bright. Si ce dernier reste en place, Johnson heurte le mur de droite et se retrouve catapulté, chutant 9 m en contrebas. Quelques minutes plus tard, l'homme est déclaré mort suite aux chocs qu'il a reçu à la tête et au torse.

Alors que l'on rencontre là une erreur humaine, la famille accuse désormais le constructeur et le formateur de ne pas avoir suffisamment formé les participants à l'utilisation d'une moto de police en formation rapprochée. Une situation qui s'est révélée extrêmement dangereuse compte tenu du niveau d'expérience des participants. Car si les trois officiers avaient déjà conduit de grosses cylindrées par le passé, c'était la première fois que Johnson montait sur une machine de cette carrure.

Les poursuites demandent des dommages et intérêts, mais aussi le remboursement des frais juridiques et des frais funéraires. C'est désormais au tribunal du comté de Franklin de juger de la responsabilité du constructeur et de l'instructeur.

Plus d'infos sur les faits divers

Commentaires

Le Modérateur

Et bien si à chaque accident, chaque famille se tourne vers le constructeur du véhicule, on n'est pas sorti ! Il n'y a qu'aux US que l'on peut voir çà ! Mais çà arrive doucement en Europe quand même !

17-01-2018 15:29 
dante

Avidité + indécence.

17-01-2018 15:41 
Yannick85

Très américain, , , , money is money,

17-01-2018 22:05 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Ctek