english

Essai Pirelli Scorpion Trail II

Le nouveau pneu des SUV de la moto

Essai du successeur du Pirelli Scorpion Trail né en 2008

Face à l'éclosion de la catégorie "Enduro street", le pendant des SUV en automobile, l'offre pneumatique doit s'adapter. C'est pour remplacer le Scorpion Trail, né en 2008, que Pirelli a étudié et lancé son nouveau poulain: le Scorpion Trail II. Découverte dans le froid de la campagne... New-Yorkaise aux Etats-Unis !

Essai pneu Pirelli Scorpion Trail II

Tendance majeure en terme d'évolution moto actuelle, la catégorie "enduro street" prend de l'ampleur. Aux côtés de machines équipées en roue de 17 (MT 09 Tracer, MV Turismo Veloce, Kawa Versys, Honda Crossrunner et Crosstourer, Ducati Multistrada, BMW S1000 Xr, Triumph Tiger sport, etc) on trouve quelques poids lourds qui ont préféré la roue de 19, telles la BMW R 1200 GS, ou la KTM 1290 Adventure et autres Triumph Tiger Explorer par exemple. Une offre florissante qui ne cesse de s'étoffer et de monter en puissance, au propre comme au figuré.

La naissance de ce segment remonte aux années 80 quand BMW se lança pour la première fois sur le Paris Dakar avec un twin. Un pari insensé pour l'époque, qui fut cependant couronné de succès et fit école auprès de Cagiva, Honda et Yamaha. La catégorie "Enduro street" était née, sans que l'on n'en n'ait vraiment conscience.

Concernant le pneumatique, une première évolution fut la roue de 19. L'étape suivante fut franchie avec l'arrivée de la Ducati Multistrada en 2003, introduisant à la fois un nouveau concept et de nouvelles dimensions de pneumatiques: le 17 avant et le 180 arrière. En 2013, la 1200 Multistrada pousse le concept plus loin et passe au 190/55 bi-gomme. Ces monstres capables de cadences affolantes sur route, avec armes et bagages imposent de nouvelles contraintes à leurs montes pneumatiques. Les puissances ont atteint le niveau des 1000 hypersport voici 10 bonnes années. Fini de rigoler en montant des pneus à tétines là-dessus, il faut désormais tenir le cap à très haute vitesse et aussi la distance. C'est grâce au Scorpion Trail II que Pirelli entend apporter une réponse au problème.

Pneumatiques Pirelli Scorpion Trail II

Nouvelle empreinte

Sculptures Pirelli Scorpion Trail II

  • A gauche: l’ancien scorpion trail avec ses grands pavés discontinus.
  • Au centre : le nouveau Scorpion Trail II avec sa bande de roulement continue
  • A droite L’Angel GT qui a beaucoup inspiré le scorpion trail II

Pour satisfaire à tous ces nouveaux critères, Pirelli a mélangé un peu du Scorpion Trail et beaucoup de l'Angel GT, son pneu sport GT de référence. Physiquement, on remarque la disparition des sculptures radiales qui assuraient la traction en TT sur le Scorpion Trail. Elles ont laissé la place à des saignées interrompues, qui se terminent en accent circonflexe, si l'on peut dire. Ainsi, la bande de roulement est devenue continue, sans interruption. Fini les pavés. On y gagne une usure plus régulière, une réduction du bruit et un meilleur drainage de l'eau. Ce dernier phénomène est accentué par la présence de sculptures longitudinales à la fois plus courtes et plus fréquentes qui améliorent aussi la stabilité.

Schéma des sculptures Pirelli Scorpion Trail II

  • A gauche: l’ancien scorpion trail avec ses longues sculptures longitudinales.
  • A droite: le nouveau Scorpion Trail II avec ses sculptures à la fois plus courtes et plus nombreuses
  • Une carcasse plus rigide.

Afin d'assurer la stabilité nécessaire à ces engins roulants à haute vitesse, la densité de la carcasse a été accrue de 32 %. Elle présente aussi une résistance à l'allongement supérieure de 60%. Une évolution qui a permis de réduire de 6% la longueur de l'empreinte au sol et d'augmenter sa largeur de 10%. On obtient ainsi une réduction de l'usure par une diminution des différences de vitesse entre les zones de contact avant et arrière du pneu au sol. Cette diminution "physique" se conjugue avec une réduction " mathématique" liée à l'accroissement de 10% de la surface de contact au sol.

Mélange pneu Grip/Slip Pirelli Scorpion Trail II

Nouveau mélanges plus homogènes : silices, résines et polymères agglomérés par des nanoparticules

Pour réussir son tour de force, Pirelli compte aussi sur l'utilisation de nouveaux mélanges de gommes, à base de silice, de résines et de polymères agglomérés ensembles par des nanoparticules et de nouveaux processus industriels qui renforcent l'homogénéité des mélanges. Pour l'utilisateur, c'est la garantie d'une plus grande stabilité des performances au fil du temps. Last, but not least, le Scorpion Trail II est 100 % bi-gomme arrière sur toute la gamme, ce qui n'était pas le cas de son prédécesseur. On dispose donc à l'avant d'un monogomme 100% silice, pour plus de confiance sur le mouillé et dans le froid, le même mélange étant appliqué sur les épaules arrières. La bande centrale se contente elle de 70% de silice, pour assurer une meilleure résistance à l'usure.

Grâce à l'ensemble de ces modifications, le nouveau-né revendique une longévité accrue de 30% sur toute la gamme et même de 60 % en 150/70 X 17 arrière ! Donc résumons-nous, plus de kilomètres, plus de grip sur le mouillé et aussi sur le sec, plus de stabilité, mais la médaille ayant toujours un revers, on peut imaginer un confort en baisse et des capacités TT en retrait. Reste à voir si ces deux derniers points sont sensibles et si les capacités en TT ont une réelle importance pour vous. Vu le profil des utilisateurs de ce type de machines, on en doute. D'ailleurs pour mémoire, s'agissant des motos en 17 pouces avant, elles sont presque toutes livrées avec des pneus de route, ou ce type de pneu. La catégorie "enduro street", c'est comme les SUV ça enjambe les trottoirs, mais ça ne voit jamais la terre. En fait, la motivation d'achat, c'est plus la hauteur du poste de pilotage, le confort offert par les débattements accrus, la présence d'un grand guidon qui facilite le pilotage et l'improvisation. Enfin n'oublions pas le look. Au final, souvent, aucune sortie tout terrain en vue!

Coupe Pirelli Scorpion Trail II

A l'épreuve du froid

Nous avons testé le Pirelli Scorpion II à deux reprises, une première fois sur le bitume très accrocheur de l'île volcanique de Lanzarote, aux Canaries, alors qu'il équipait la nouvelle Multistrada 1200 DVT. La température printanière semblait fort bien lui convenir et le bitume accrocheur aussi.

Ensuite, dans la vallée de l'Hudson au nord de New York, sur un bitume froid et parfois légèrement humide, avec une température extérieure d'environ 3°. Des conditions beaucoup moins réjouissantes, voire beaucoup plus difficiles.

Il ressort cependant de ces deux expériences, que le Scorpion Trail II est capable de réaliser le grand écart, sans broncher le moins du monde. Alors que l'on se méfie naturellement dans de telles circonstances, on découvre un pneu qui met instantanément en confiance, dès les premiers mètres, malgré la température. Pas de temps de chauffe, ni de raideur à froid. Ça répond au doigt et à l'œil et l'on a vraiment de bonnes sensations grâce à un excellent retour d'informations, qui permet de bien sentir l'avant, alors que l'arrière suit la cadence, sans aucun problème. Certes, dans ces conditions difficiles, on ne saurait prétendre avoir attaqué comme des sourds, mais sans se traîner le moins du monde, nous avons roulé très sereinement. Pour ce qui est d'attaquer, nous l'avons plus fait à Lanzarote, sans trouver ses limites pour autant mais sur des revêtements beaucoup plus accrocheurs il est vrai.

Essai pneu Pirelli Scorpion Trail II sur Ducati Multistrada

Pour mémoire, lors de l'essai du précédent Scorpion Trail, les ingénieurs Pirelli nous avait emmenés sur circuit, ce qui n'est pas banal avec ce type de pneus et de motos. C'est donc qu'ils avaient vraiment confiance dans le grip de leur monture! Et tout naturellement, on imagine assez mal une dégradation des performances sur le sec, du nouveau par rapport à l'ancien, d’autant que la vocation routière s’est encore affirmée.

La mise sur l'angle est facile et naturelle, pas besoin de forcer, sans avoir une direction tombante pour autant. Une fois dans la virage, on garde facilement sa trajectoire, tout en conservant une bonne marge de manoeuvre si la courbe se referme. Nous n'avons pas rencontré de pluie à proprement parler, mais vu la qualité du comportement,à froid, c'est très rassurant, car ce bon résultat est obtenu grâce à la forte teneur en silice et que la présence de silice va de pair avec une bonne tenue sur le mouillé.

Enfin concernant le confort, nous n'avons pas remarqué de différence de comportement sur notre 1200 GS d'essai par rapport à d'autres montes. Le Pullman reste un Pullman

Essai pneu Pirelli Scorpion Trail II avec BMW GS

Conclusion

Quand on voit les progrès accomplis par manufacturiers, année après année, on se dit qu'on vit vraiment une époque formidable! Aujourd'hui ils nous proposent des pneus de tourisme qui offrent le grip d'un pneu de sport d'il y a quelques années de ça, avec l'endurance d'un pneu GT et une tenue sur le mouillé digne d'un pneu pluie de GP des années 80/90. Une quadrature du cercle rendue possible grâce au progrès de la chimie et de la simulation sur ordinateur, qui permet d'affiner les premières ébauches, pour arriver à un résultat de haute volée. A cela s'ajoute, une excellente prédictibilité du pneu, qui donne un retour d'information précis à son pilote et le prévient quand la limite approche. Ceux qui roulaient en moto dans les années 80 savourent cette différence. Le Pirelli Scorpion Trail II, en est la parfaite illustration. On peut affirmer sans ambages que c'est un très sérieux client dans la catégorie que nous avons découvert là. Certes nous n'avons pas encore eu le loisir de tester sa stabilité à haute vitesse, ni de vérifier l’accroissement de sa longévité. Vos retours sur le forum nous renseigneront d’ailleurs sur ce dernier point. Mais nous pouvons d’ores et déjà vous assurer que ceux qui l'adopteront ne seront pas déçus.

Points forts

  • Excellent retour d'information
  • Facilité e mise sur l'angle et stabilité en courbe
  • Comportement à froid
  • Gamme très vaste et 100% bi-gomme Ar
  • Longévité très sensiblement accrue par rapport au Scorpion trail (revendication constructeur)
  • Grip sur le sec
  • Tarifs en hausse de 4% seulement pour 30% de longévité en plus.

Points faibles

  • Aptitude tout terrain à confirmer ...pour ceux que ça intéresse.
  • Stabilité à haute vitesse non vérifiée.

Prix de vente public indicatif : environ 225 € le train en 110 X 19 et 150 X 17

Tableau des dimensions

Pneu avantPneu arrière
120/70 ZR 17 M/C (58W) TL
100/90 - 18 M/C 56V TL
100/90 - 19 M/C 57V TL
110/80 R 19 M/C 59V TL
120/70 ZR 19 M/C 60W TL
90/90 - 21 M/C 54V TL
130/80 R 17 M/C 65V TL
140/80 R 17 M/C 69V TL
150/70 R 17 M/C 69V TL
150/70 R 17 M/C 69V TL (G)
160/60 ZR 17 M/C (69W) TL
170/60 ZR 17 M/C 72W TL
180/55 ZR 17 M/C (73W) TL
190/55 ZR 17 M/C (75W) TL

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Pirelli Scorpion Trail II? Devis en ligne
Axa 2 Roues Calculez le prix de votre assurance Pirelli Scorpion Trail II en 2mn avec Axa 2 Roues