Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai pneus Mitas SportForce +

3500 kilomètres de tests sur la route, en Rallye Routier et même au Nürburgring !

Efficacité et longévité : probablement le secret le mieux gardé des pneumatiques moto à moins de 200 € le train !

Elle est épineuse, la question des pneus, pour tous les motards qui ont des machines performantes, qui savent les exploiter et qui sont aussi demandeurs d'un minimum de longévité kilométrique. Sachant qu'en la matière, avoir le beurre et l'argent du beurre est juste impossible. Par contre, la crémière, si elle aime les engins racés, ça se négocie.

Les Pieds Nickelés en vacances

Stef est l'un de ces motards à la recherche du meilleur compromis. Il aime les motos sportives (il possède une Kawasaki 650 Versys pour le quotidien, la March Moto Madness et parfois du Rallye Routier, ainsi qu'une Aprilia Tuono V4 pour la débauche) et il roule. Beaucoup. Partout. Des vacances, des road-trips avec des copains (tous aussi bien joyeusement allumés que lui), du Rallye Routier en amateur éclairé et exigeant et même des tours chronos sur l'un des trois circuits les plus dangereux du monde, la fameuse boucle nord du Nürburgring (avec le TT de l'ïle de Man et le GP de Macau, on doit tenir le podium). Pas mal comme vision de la moto, non ?

L'an dernier, Stef et sa joyeuse bande d'amis sont partis faire un road-trip. Au programme, les Alpes et 8 heures de moto par jour à se faire un maximum de cols en roulant comme, pour reprendre leurs mots, des "débiles". Loin de nous l'idée de cautionner ce genre de pratiques asociales, mais en tant que journalistes professionnels, nous nous devons de retranscrire l'information telle qu'elle est.

Test : pneus Mitas SportForce+ en voyage

Bref. Au guidon de leurs machines de guerre (deux Tuono, une KTM 1290 SuperDuke, une MT-09 et une Ducati Monster 821), Stef et ses amis partirent l'âme guillerette et bagarreuse. Freinage tardifs, gros filet de gaz sur l'angle, sorties de courbe en dérives, ils limèrent le bitume et ne prirent que peu de temps pour regarder le paysage. En même temps, les Alpes, c'est surfait.

Et ce qui devait arriver arriva : notre belle bande de benêts se retrouva à court de pneu arrière, l'ayant proprement fumé en à peine 2000 kilomètres sur les 3500 kilomètres prévus. Nos amis durent ainsi racheter des pneus en Suisse, découvrirent que les tarifs locaux sont au double des tarifs français et que la disponibilité est assez aléatoire en plein été. Bref, poursuivre le voyage leur a couté un bras (et sans parler des quelques radars helvétiques qu'ils ont affolé sur leur passage) et, afin que l'expérience ne soit pas qu'une lumière ne servant qu'à éclairer derrière soi, Stef décida de faire des petites recherches pour ne pas vivre la même mésaventure lors du road-trip 2016.

Mitas, un choix pas évident...

Quand on roule fort sur une sportive ou un roadster radical, personne n'a envie de compromettre la sécurité. Et c'est là où les marques premium avancent un argument massue, à la hauteur de leur tarif : leur réputation !

Stef en convient : "avant d'avoir participé à la March Moto Madness (le type qui fait des jumps en Versys à top case et valises latérales, c'est lui !), je n'aurais pas imaginé que la marque tchèque Mitas puisse faire des bons pneus. Mais il y avait plein de types sur des R 1200 GS qui en avaient et ils étaient contents".

Test : pneus Mitas SportForce+, pneu avant neuf

En bon geek, Stef fait le tour des forums, notamment étrangers, car en France la notoriété de la marque reste faible voire inexistante. Et il se rend compte que certaines communautés les trouvent assez bien, ces Mitas. Rassuré par la diversité des témoignages et la concordance de leur tonalité positive, Stef franchit le pas et monte un train de SportForce+ sur sa Tuono V4. Une opération astucieuse puisque le train lui a coûté moins de 200 € le train complet avec du 190 mm à l'arrière, en comparaison des plus de 250 € qu'il aurait dû débourser pour une marque premium, voire quasiment 300 pour du Metzeler M7RR. Et en cherchant un peu, on trouve régulièrement des promos à 150 euros le train en 190 mm. Financièrement, c'est imbattable.

Vue du pneu arrière Mitas SportForce+

Les autres participants au road-trip 2016 ont fait un choix proche, mais moins "économique", en montant des pneus plus routiers sur leur roadster sportif, tel JC le roi du wheeling en sortie de courbe, avec des Pirelli Angel GT sur sa KTM 1290 SuperDuke, ou Max sur une autre Tuono V4 avec des Bridgestone S21, avant de partir pour une grosse virée dans le Sud de la France,

Des qualités proches des meilleurs

Stef a une longue expérience et a monté différents types de pneumatiques sur sa moto : il a ainsi une bonne pratique et un excellent retour sur des Dunlop SportSmart ("train avant au feeling particulier et très sensible à la pression"), des Michelin Pilot Power 3 ("comportement exécrable passé la mi-vie"), des Bridgestone S20 ("très bon grip mais durée de vie ridicule") et des Metzeler M7RR ("très bien, rien à dire").

On le voit, les avis sont tranchés. Eh bien les gens de chez Mitas vont rosir de plaisir car Stef compare tout simplement son Mitas au Metzeler ! "Je l'ai principalement rodé sur du bitume séchant et il n'y a rien à signaler par rapport aux autres pneus, je n'ai pas noté de réactions inhabituelles. Et, en bonus, il est très facile à monter", précise Stef dont la consommation de pneus lui a fait acheter une machine de montage. Les Mitas ne possèdent pas de couche de parafine et sont donc faciles à roder.

Test Mitas, Stef et ses copains du Road Trip

"Par la suite, la mise en confiance est immédiate et je n'ai noté aucune réaction parasite sur l'angle, pas plus que de décrochage". Lors du road trip, les Mitas SportForce+ ont entièrement donné satisfaction : "je conduis de manière dynamique avec plein de grosses relances sur l'angle, en plein dans le couple et le grip était là, la moto se balance bien et reste vive".

Le meilleur moment ? "Dans le Var, sous le déluge, j'ai pu suivre JC et Angel GT, même si je trouve que le Mitas manque un peu de retour d'informations dans ces conditions.

Excellent sur la route, un peu moins en usage extrême (8'28 au Nürb, quand même !)

L'avantage de Stef, c'est que quand il teste, il teste vraiment ! Ainsi la paire Tuono V4 + Mitas SportForce+ s'est-elle retrouvée engagée au Rallye du Dourdou. "J'ai conservé un très bon feeling, même en faisant des choses pas très propres, comme remettre la première en plein sur les freins et sur l'angle ; le Mitas émet alors un petit couinement mais il reprend directement l'adhérence".

Test : pneus Mitas SportForce+ en Rallye Routier

En Rallye Routier, tu n'utilises pas vraiment l'angle maxi, par contre tu fais de grosses relances et les amorces de glisse sont tardives et prévenantes. D'autant qu'avec les bosses j'avais coupé le contrôle de traction de la Tuono ; j'ai même pu tenter des freinages de trappeurs avec les pneus tièdes. Bon, je m'en suis mis une et j'ai finis dans un fossé, mais c'est de ma faute, j'arrivais vraiment trop fort".

Test : pneus Mitas SportForce+ au Nürburgring

On monte encore d'un cran le niveau des exigences : Stef est allé se confronter à l'infâme boucle nord du Nürburgring, en Allemagne, la fameuse Nordschleife, avec ses 21 kilomètres de tracé, ses 180 virages, ses 300 mètres de dénivelé... Là, le Mitas s'est montré moins royal... même s'il faut relativiser car Stef a tourné avec en 8'28 dans le trafic, ce qui commence à aller fort !

"J'ai roulé au Nürburgring avec des M7RR et avec des Pirelli SuperCorsa et là, le Mitas n'est pas au niveau. Il est vraiment en dessous du Pirelli et un peu en dessous du Metzeler. Il n'y a aucun souci avec l'avant qui chauffe vite, par contre l'arrière n'a pas apprécié mes 167 chevaux en remise des gaz avec le tirage rapide sur l'angle. Avec les SuperCorsa, je mets l'APRC sur le troisième des huit niveaux et il ne s'allumait pratiquement jamais, alors qu'avec le Mitas, j'avais souvent des coupures d'allumage. J'ai donc descendu le niveau de traction control et là, la moto se met à glisser de manière progressive en sortie de courbe, ça reste sain, mais ça ne motrice pas bien. C'est vraiment handicapant sur les relances".

Test : pneus Mitas SportForce+ en action sur le Nürburgring

N'oublions pas que le Mitas SportForce+ n'est pas spécifiquement un pneu piste.

Une dernière qualité ? "Tout comme le M7RR, même en fin de vie, le Mitas est royal".

Test : pneus Mitas SportForce+, arrière usé

Le prix reste l'avantage majeur de ce Mitas SportForce+ surtout pour les gros consommateurs de gomment qui cumulent les changements. Ceux qui roulent essentiellement sur le sec sur route seront sans histoire avec un pneu qui montre ses limites surtout sur piste.

Points forts

  • Adhérence et feeling en usage routier
  • Longévité kilométrique très correcte
  • Sous la pluie : bon grip
  • Tarif imbattable dans cette catégorie

Points faibles

  • Feeling moyen sous la pluie
  • Grip limité en usage circuit, notamment à l'accélération

La fiche technique

Conditions d’essais

  • Itinéraire: 3500 kilomètres avec un road trip, un Rallye Routier et 12 tours au Nürburgring
Suzuki