Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Yamaha NMax 125

Mini-taille, maxi-plaisir

Qui aurait dit qu'un mini scooter 125 cm3 avait sa place en France ? On était habitué à des scooters agressifs, à petites roues. Preuve en est les scooters grandes roues qui n'ont jamais réellement bien marché en France alors qu'ils cartonnent en Italie. Du coup, quand le Honda PCX est apparu, il aurait été difficile de parier sur son succès... fulgurant. La raison à un mix parfait entre performances et prix. Yamaha n'a pas tardé à riposter avec un modèle de même gabarit : le NMax 125. Alors, bonnet blanc et blanc bonnet, ou petit scooter ou scooter petit ? Essai de la nouveauté 2015 de la marque aux diapasons...

Yamaha NMax de coté

Découverte

Le NMax est dans la lignée du modèle Honda, petit, trapu et court sur roue. On dirait presque un 50 cm3, d'autant plus qu'aucun 125 n'est indiqué nulle part et que le moteur parait vraiment petit. La bulle s'arrête à la hauteur du compteur. La face avant est quasiment verticale. La double selle apparait comparativement longue et accueillante par rapport au gabarit global. La partie centrale typée aluminium lui donne presque un air sportif, confirmé par la double optique avant angulaire et son feu à LED. Le feu arrière en V finit de donner un look avec un peps apparent notable.

Double optique à LED et clignotants Yamaha NMax

La finition Yamaha est au rendez-vous, jusque dans les détails. Malgré son "petit" prix, on a donc une machine de qualité, depuis la qualité des plastiques utilisés jusqu'à la peinture et les commodos. La machine n'est pas ostentatoire, mais est valorisante de par sa qualité de finition sans reproche.

Feu arrière NMax

En selle

Le NMax est petit. Le premier effet est que l'on s'installe naturellement à son bord, avec une position droite et les pieds bien à plat à terre, même pour le conducteur de 1,60m, grâce à une selle fine à seulement 765 mm. Le poids global de seulement 127 kilos tous pleins faits, concourt à cette impression de légèreté globale. De fait, on le relève sans y penser de la béquille latérale et on démarre sans plus y penser. La prise en main est immédiate et sans appréhension.

En absence de frein parking, la béquille centrale se positionne tout aussi facilement.

Double optique à LED Yamaha NMax

Sous les yeux, on découvre un compteur entièrement digital, très lisible y compris sous le soleil, avec son énorme compteur de vitesse central, encadré par la jauge à essence à gauche et le régime moteur à droite, tandis qu'une horloge surplombe le tout. On retrouve en bas l'ordinateur de bord avec le totalisateur, le double trip partiel, la consommation moyenne et instantanée ainsi que le totalisateur de changement de courroie et le signal de vidange (oil). La remise à zéro se fait facilement au tableau de bord.

Un petit vide-poche à l'avant gauche permet de glisser quelques babioles, voire un bloc disque, tant qu'il ne pleut pas.
Les bras tombent naturellement sur le guidon. Les pieds quant à eux disposent d'assez de place pour se placer sensiblement derrière ou "loin" devant, autorisant la position la plus confortable pour chacun.

Contact

Le NMax s'ébroue tranquillement. Le monocylindre 4T à refroidissement liquide s'oublie totalement, avec une absence totale de vibration.

Monocylindre de 125 cm3, développant 11?7 Nm de couple et 9Kw de puissance

La plus petite sollicitation de la poignée droite entraine aisément et instantanément le scooter pour l'extraire du feu vert avec facilité. C'est net, instantané, vif et rassurant, grâce à un excellent rapport poids/puissance. Car s'il n'y a que les traditionnels 11,7 N.m de couple et 9 Kw de puissance, la légèreté de l'ensemble permet de s'élancer de façon dynamique.

Double optique

En ville

On l'a dit, le NMax est étroit, avec ses 740mm. Le guidon est ramassé et permet de se faufiler avec aisance entre toutes les files de voitures. Mieux, un guidon bas entraine des bras bien pliés naturellement et un poids placé très bas facilite les manoeuvres à très basse vitesse. On peut donc réellement zigzaguer entre les voitures à l'arrêt pour passer d'une file à une autre, même entre les pare-choc, en prenant les files à la perpendiculaire sans forcer. Mieux, cela se fait sans effort ni y penser. Ce serait presque une arme pour faire l'imbécile à son guidon. Heureusement, si le couple et la puissance sont bien là, ils restent limités par rapport à des 125 cm3 plus puissants comme le XMax. Du coup, même s'il est quand même possible d'être bien trop vite en ville, on reste raisonnable à son guidon.

Yamaha NMax sur route

Sur autoroute

Le NMax s'élance avec volonté sur l'autoroute, atteignant facilement les 100 km/h. Il grignote ensuite peu à peu les kilomètres supplémentaires pour atteindre un 110 km/h bien lancé sur le plat. Il peut conserver ce rythme, voire atteindre le 117 km/h compteur en descente et en absence de vent. Il peut ainsi prendre les voies rapides, voire faire du péri-urbain d'autant plus que son poids placé bas et son équilibre le rendent très stable à "haute" vitesse.

Essai Yamaha NMax

Nationale

Avec son 117 km/h maximal, mais surtout son 110 km/h usuel, le NMax se sent plus à son aise sur nationale, d'autant plus qu'une côte un peu sensible le fera redescendre à 90 km/h, en solo et un peu moins en duo.

Scooter urbain

Départementale

Le NMax se trouvera du coup beaucoup plus à son aise sur départementale ou sa maniabilité naturelle lui permet d'attaquer les petits cols de montagne à vive allure sans jamais craindre les épingles. Les virages plus larges sont alors d'autant plus faciles qu'il permet une énorme improvisation pour peu qu'un virage en aveugle se referme finalement un peu plus vite que prévu. Sa pêche lui permet de repartir aisément et de se faire plaisir à son guidon.

Freinage

Le NMax n'a que deux simples disques, mais de bonne taille avec leurs 230 mm, à la fois à l'avant et à l'arrière. Associés à l'ABS en standard et un poids léger à arrêter, le tout se révèle sûr et facile à mettre en oeuvre. Le freinage apporte ici à la fois feeling et la puissance nécessaire, sans faire entrer l'ABS en action de façon trop facile, sur le sec et plus facilement sur le mouillée malgré l'excellent grip fournis par les Dunlop Scootsmart. Il faut vraiment prendre le frein avant seul ou le frein arrière seul pour arriver à le faire entrer en action. Même alors, le scooter reste très sain dans son comportement.

ABS de série et simple disque avant de 230 mm

Confort / Duo

Le NMax est sans doute l'un des scooters 125 Yamaha le plus confortable, de très loin notamment devant le XMax qui à coté est une planche de bois. Rien de tel ici. Le NMax est confortable et absorbe bien les défauts de la chaussée, rendant les pérégrinations urbaines très confortables. Il est même encore plus confortable en duo, quand le moteur oscillant est davantage contraint au niveau du poids global conducteur et passager.

Selle Yamaha NMax

Pratique

Le NMax accueille volontiers un gros modulable de type Schubert C3 ou Shoei Neotec sans souci (à condition de le mettre à l'envers toutefois, c'est-à-dire la calotte en bas). On peut rajouter les gants et éventuellement un pantalon de pluie compact, mais pas un antivol en même temps par contre.

Donc, au jour le jour, l'antivol est dans le coffre et quand on s'arrête on sort l'antivol pour mettre le casque. Ce n'est pas le scooter 125 avec le plus d'espace, mais ce n'est pas non plus le pire, sachant que certains scooters de la catégorie n'acceptent qu'un jet et en aucun cas un modulable.

Place pour un casque modulable dans le coffre

Le vide-poche avant est pratique pour y glisser un ticket ou quelques babioles, voir un bloc-disque entre deux arrêts, sachant qu'il est ouvert et donc non protégé de la pluie.

Les poignées font également office de porte-paquets et permettent d'arrimer un petit sac facilement.

Porte paquet NMax

Consommation

Yamaha annonce une consommation de 2,19 litres grâce à la technologie Blue Core. En conduite TRES douce et très coulée, le NMax affiche plutôt une consommation de 2,4 litres au cent. En conduite normale, sans excès, elle monte à 2,6 litres. Et s'il y a beaucoup de ville avec de nombreux départs arrêtés un peu vifs, la consommation monte alors à 2,8 litres au cent, sur un test conso réalisé sur 220 kilomètres. Bien rempli à ras bord, le premier bâton de la jauge s'éteint au bout de 80 km, puis chaque nouveau bâton au bout de 25 km. Avec un réservoir de 6,6 litres, le NMax offre ainsi une autonomie tournant entre 230 et 270 kilomètres. La vérification à la pompe avec deux pleins confirment la justesse de l'ordinateur de bord.

L'élégant bouchon de réservoir placé au niveau du couloir central permet de faire le plein très facilement, sans en mettre partout.

Réservoir Yamaha NMax

Conclusion

Compact, petit, léger, pas trop haut, le Nmax finit de conquérir le coeur de son conducteur par son prix serré à 2.999 euros. C'est la machine à tout faire en ville, capable de faire du péri-urbain sans se faire peur. Volontaire, vif, le moteur a tout pour plaire, avec surtout un rapport poids/puissance très agréable au quotidien. Seul son concurrent direct 400 euros moins cher et avec un coffre plus grand pourra faire réfléchir à l'alternative.

Points forts

  • moteur
  • prise en main
  • prix

Points faibles

  • rangement

La fiche technique du Yamaha NMax