english

Histoire de motard: ma saison de WERC : Carole

Deux journées exceptionnelles comme un prince

De nouvelles expériences, comme perdre un slider en course

En route

David et son mécano venu en tant que spectateurCe vendredi 15 juillet, je finis de préparer mon sac avec mon équipement de piste et je prends le chemin du circuit Carole, situé à moins de vingt kilomètres de la maison. Cette fois Christophe mon mécanicien sera là en tant que spectateur et ma moto reste au fond du garage.

Je suis invité par "Yamaha France Racing" à tester la moto FZ8 Road Cup en Coupe de France Roadster Cup AMT Assurances.

Arrivée à Carole

J’arrive au camion de "Thorn Bike", tenu par Frank et David, qui ont à leur charge la gestion des deux motos FZ8 Road Cup de Yamaha France Racing pendant les WERC. Ils m’ont préparé un petit stand digne des pilotes officiels. Le week-end s’annonce bien, pour une fois je n’ai pas à gérer l’intendance, j’ai juste à me concentrer sur mon ressenti et mon pilotage. En un mot c’est "Royal".

Je fais le tour de la "bête" afin de faire connaissance. C’est une FZ8 de 2011, équipée du Pack Yamaha FZ8 Road Cup et quelques options supplémentaires disponibles dans le réseau Yamaha. Il se compose d’une ligne complète d’échappement en titane de la marque Lazer, d’un saute-vent en polyester, d’un sabot moteur en polyester, d’une selle monoplace en polyester, des commandes reculées de la marque Vortex, d’un bouchon de réservoir à ouverture rapide, du pack de protection carter moteur de la marque Polytron, d’une paire de levier du type racing Evo 3, d’un maitre cylindre Brembo PR19 RCS, du kit amortisseurs arrières avec les cartouches de la fourche avant de la marque Ohlins et du kit chaîne AFAM, partenaire des WERC et de la FZ8 Cup. En bref, un beau joujou…

On remarquera le soin du détail des protections carters du moteur, qui sont en plus démontables.

Je finis d’installer les fanions du Repaire des Motards, sponsor du team, puis je me dirige vers le camion de l’organisateur des WERC (Motors Events) pour récupérer les autocollants des sessions de roulages d’entraînement. Je suis inscrit aux trois sessions suivantes : 10h40, 14h55 et 18h15.

Le circuit

David sur la piste de Carole pendant les WERCVoilà, il est l’heure pour moi de découvrir cette moto sur le circuit. La prise en main se fait rapidement, pour ne pas dire naturellement. Le moteur me parait plus vif que celui de mon R1 de 2003 et je me retrouve facilement au rupteur. La boite de vitesse répond bien, sans forcer. Le freinage est mordant à souhait. L’ensemble de la moto est assez joueuse et facile à inscrire dans les virages.

A la fin de la première session je fais part, à Franck, de mon ressenti du comportement de la moto, en précisant qu’au moment de l’accélération en sortie de virage, je sens la moto me déporter vers l’extérieur. Aussitôt, il me règle l’assiette de la FZ8 en abaissant la fourche. L’efficacité de ce changement sera confirmée dans la session suivante.

Malgré les commandes reculées et juste la pointe des pieds posés dessus, je suis surpris de faire frotter mes sliders de bottes. D’habitude, avec mon R1, quand je frotte mes sliders de bottes c’est que le reste va suivre aussi... Combinaison, casque, moto, etc. Mais là, pas du tout, ça tient et il y a encore de la marge. A la fin de cette séance, on emmène la moto pour la faire passer au contrôle technique. Elle se fera refouler pour cales pieds trop vifs à force d’avoir frotté par mon prédécesseur et par le manque d’une deuxième évacuation dans le bas de carénage. Aussitôt dit, aussitôt changé par les mécaniciens de Thorn Bikes.

Pour la dernière séance, je travaille un peu plus ma position, du fait que le guidon est droit. J’essaye de trouver le bon dosage de la poignée pour enrouler dans les virages. A l’issue de celle-ci, j’ai eu droit au contrôle du sonomètre et bien sur sans la chicane on dépasse les 102 décibels autorisé par la FFM pour afficher un bon 107 dB. Je suis de retour pour le 2e contrôle avec la chicane souhaitée. Mais étant donné qu’il pleut, les contrôles sont annulés.

En fin de journée, après la remise des transpondeurs, Yamaha France, sous la houlette de Pierrick Hodebert, invitera tous les pilotes possesseurs d’une moto de la marque à un apéritif afin de mieux faire connaissance.

Séances de qualif

David au coude à coude durant un freinageCe samedi 16 juillet 2011, après une bonne douche bien chaude et une nuit passée à la maison, bien loin du luxe de la tente dans le paddock sur le bitume et à l’eau fraiche des douches. Hum, qui me parle… Trèves de plaisanterie il est temps de se préparer pour cette première séance qualificative. Petite mauvaise surprise ma couverture chauffante de la roue avant ne chauffe plus. Je regarde de plus prés. Je triture la sonde thermique et ouf, ça fonctionne à nouveau. Je vais pouvoir partir avec des pneus chauds. On enlève les couvertures chauffantes et c’est parti pour vingt minutes. Je suis un peu déçu par mes chronos, alors que j’avais l’impression d’attaquer. Par contre le fait d’avoir mit la chicane, le moteur me donne l’impression d’avoir un peu plus de couple. Pour la deuxième séance qualificative, grâce à la météo, j’ai le droit de tester les pneus pluie.

Vitesse

David attendant le départ à carole

Ainsi, avec l’équipe, pour la course de vitesse, on hésite entre les pneus pluie et les pneus pour le sec. Finalement, une demi-heure avant le départ, on optera pour les pneus secs, car la piste est de plus en plus sèche.

Je fais une petite séance photos dans ma belle combinaison en cuir avec Rémy, responsable de « SBR Menuiserie », l’un de mes fidèles sponsors, pour immortaliser l’instant. Ensuite, je me prépare à partir en pré-grille.

En place, on attend l’autorisation pour faire le tour de reconnaissance et de mise en place sur la grille de départ. Je patiente sagement que le pilote devant moi démarre et là d’un coup, le commissaire sous l’ordre du directeur de course me bloque dans la voie des stands. Surpris, on se retrouve à trois pilotes à être stoppé net, pendant que les autres se mettent en place. Cela aura pour conséquence le fait que pour le tour de chauffe on partira de la voie des stands et on se positionnera en fond de grille pour le départ. Qui a dit que ça ne changerait rien pour moi, hum, attention je surveille…

Les feux verts s’allument et c’est parti. Dans le premier virage, qui se nomme Alpha, un pilote fait un tout droit, j’en profite pour rester dans les roues d’un FZ6. Au tour suivant je le double. et au tour d’après c’est lui et ainsi de suite. Jusqu’au moment où les premiers concurrents nous rattrapent et cassent mon rythme du début et bizarrement c’est à ce moment là que mes chronos s’améliorent. Je finis à la vingt-sixième place, sur un total de vingt-neuf partants. A l’issue de cette course, j’irais soutenir les pilotes de la consolante en catégorie Promotion Cup 1000.

Lors du débriefing et du traditionnel Punch de l’organisateur, Philippe Vasseur, responsable de la marque Bullster et de la Secdem, en profite pour offrir quelques bulles motos aux différents pilotes en plus de la loterie des pneus de la marque Dunlop et de l’huile moteur de la marque ELF.

Endurance

David et l'équipe Yamaha au WERC de Carole

Dimanche matin, après une bonne grasse matinée avec ma chérie, à la maison. Hum, certains seraient-ils jaloux ?! Ok, bon, j’ai quand même dû chercher de l’essence pour la moto. Aie pas taper aieeeee… Donc, je disais après le plein de la moto, petit briefing pour définir le choix des pneumatiques au vu de la météo incertaine et de définir le nombre de tours auquel je dois rentrer dans les stands pour le ravitaillement.

Cette fois-ci je ne me ferais pas avoir à l’ouverture de la pré-grille., Et c’est parti pour une heure de course. La pluie fait son apparition par intermittence et me fait hésiter sur ma façon de piloter.

Au bout du 12e tour, Christophe avec l’aide de l’équipe de Ludovic Hanon me fait rentrer pour le ravitaillement. L’essence déborde, j’essuie et je repars de suite. J’arrive dans le virage qui se nomme : la parabolique et là, en posant le genou j’ai une sensation étrange. Je viens de perdre mon slider. Les trente cinq minutes qui me restent à parcourir pour rallier le drapeau à damier vont me sembler longues, car ce n’est pas facile de juger l’inclinaison pris sans pouvoir poser le genou. Plus tard, dans un des virages mon cuir restera "accroché" au vibreur, ce qui me rappellera l’importance du slider. Je termine cette course à la vingt quatrième place, sur les vingt neuf inscrits. Avec en prime un mal aux fesses dû au design de la coque arrière, qui oblige les grands gabarits à monter dessus pour avoir la position la plus plate sur la moto.

Remerciements

Un grand merci à tous les membres de l’équipe de "Yamaha France Racing", dont José Leloir Manager Racing, qui m’ont permis d’essayer la FZ8 Road Cup sur ce circuit pendant l’épreuve du Trophée de France Roadster Cup AMT Assurance. Sans oublier mes sponsors et partenaires : le Repaire des motards, SBR Menuiserie, NGK Spark Plugs, Leader Bikes, Emprinte.

Je vous donne rendez-vous pour la finale lors de la prochaine course des WERC, en catégorie Promotion Cup 1000 et pour souffler une bougie de plus, au circuit du Vigeant 2,3 et 4 septembre 2011.

Plus d'infos sur les WERC

Commentaires

koni95

Vive Yam' pipeau

05-08-2011 22:19 
Chapman

Dimanche matin, après une bonne grasse matinée avec ma chérie, à la maison.....


Un vrai pilote ne fait jamais de grass-mat, mon gentil David !!! menteur

Merci pour ce récit mon Prince. Pour Yam, eh bien il serait temps d'ouvrir des débats 'sérieux' ; nan ?



PS> j'me moque, mais je t'admire mon bon Koni.......clin d'oeil

06-08-2011 07:27 
L'iguane

Je suis un peu déçu par mes chronos, alors que j’avais l’impression d’attaquer.

Ah tu vois !? Tu veux jamais nous croire !

06-08-2011 12:47 
Chapman

C'est pas la faute au cable d'embrayage ce coup-ci !!

06-08-2011 15:15 
koni95

tire la languetire la languetire la languetire la langue

08-08-2011 09:52 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Ctek