english

Electrique : le réseau capable d'alimenter 15 millions de véhicules

Un réseau capable d'alimenter 15 millions de véhicules électriques d'ici... 2035

Une recharge V2G qui s'adapte aux besoins pour éviter la panne

Electrique : le casse tête des ressources pour la recharge"Les voitures et motos électriques c'est bien beau, mais si tout le monde s'y mettait le réseau électrique tomberait."

Voilà un argument que l'on entend régulièrement chez les détracteurs des motorisations électriques qui s'appuient notamment sur les difficultés rencontrées l'hiver par le réseau pour dire que l'ajout de la recharge des véhicules représentera la goutte de trop.

C'est une affirmation que le Réseau de Transport d'Electricité (RTE) a tenu à mettre au clair. Non seulement RTE assure que le réseau tiendra, mais présente aussi les véhicules électriques comme des éléments de soutien à celui-ci.

Selon l'organisme, la recharge des véhicules électriques ne représentera que 10% de la consommation électrique en 2035, soit moins que l'évolution de la consommation enregistrée dans le pays entre 2000 et 2010.

Surtout, lorsque les véhicules sont à l'arrêt et branchés il serait possible d'utiliser une partie de leur énergie pour alimenter un logement ou de la réinjecter dans le réseau tout en profitant des moments de faible consommation pour accélérer la recharge de cette dernière, par exemple l'après-midi quand l'énergie solaire est la plus abondante. Autrement dit, c'est le véhicule électrique qui sert de batterie partagée pour tout le monde, capable de renvoyer une partie de sa charge sur le réseau si nécessaire. C'est le principe du V2G (vehicle-to-grid) qui vise à ajuster la distribution d'énergie pour éviter les pannes.

Et alors que le marché de l'électrique compte aujourd'hui environ 500.000 voitures sur 32 millions en circulation, RTE estime que son réseau sera capable d'encaisser la recharge de près de 15 millions de véhicules électriques en 2035. Ça fait beaucoup et c'est un plan ambitieux à mettre en parallèle avec la volonté des pouvoirs publics de mettre fin à la vente de véhicules thermiques en 2040. Alors comment alimenter 40 millions d'automobilistes, sans compter les motos et scooters électriques (peu représentatifs pour l'instant, mais en 2035 avec l' essor de cette nouvelle mobilité, il y en aura bien plus qu'actuellement). Ou alors, on sera tous à vélo et c'est peut-être une autre solution ?

Plus d'infos sur les véhicules électriques

Commentaires

NergalMT10

D'un côté on nous dit qu'il ne faut pas recharger son téléphone vers 19h car le réseau est surchargé et de l'autre la recharge des batteries de voiture ça va, pas de problème!
Une batterie a un cycle de charge et décharge limité et l'utiliser en V2G, même si dans le principe l'idée est intéressante, ne fera que raccourcir son espérance de vie déjà pas très élevée.

18-06-2021 14:58 
anguille37

Ben voyons et RTE ne transférera pas la précieuse électricité vers les pays voisins car eux auront renoncé aux véhicules électriques. L'Hiver la période la plus sensible mais l'été avec l'étiage de nos fleuves sur lesquels sont construites les centrales nucléaires ça ne posera pas de problèmes sans doute parce que on trouvera des mini cellules photovoltaïques sur les carrosseries ou des éoliennes miniaturisées pouvant recharger la batterie. Les ingénieurs ont du taf en perspective.

18-06-2021 15:10 
fgismo

Tous à vélo, je pratique déjà; sur terrain plat c’est possible, en montagne c’est autrement plus improbable…

18-06-2021 16:44 
KPOK

c'est le problème de tous les réseaux (électricité, eau, routes, internet) prévus pour une charge donnée (disons : 100), qui ne sont plus rentables à 80 et disjonctent à 120. le système de retraitement des eaux en bord de mer, par exemple, coûte une fortune aux communes parce qu'il est prévu pour le pic 15 juillet - 15 août.

m'enfin on a bien organisé et dimensionné le réseau d'approvisionnement en essence pour permettre à 40 millions de véhicules de rouler, sans même parler des trains, des avions ou des bateaux, alors 15 millions de caisses électriques, pourquoi pas ?

18-06-2021 16:58 
pirou

@ KPOK, oui sauf que (entres autres) le réseau d'approvisionnement actuel ne s'est pas fait sur 15 ans et que l'énergie qui sert à la base était abondante (le pétrole) et que le temps de recharge d'un véhicule c'est à dire le plein est beaucoup plus rapide et paralyse donc moins les points de distribution.
Puis bon à partir de là, pour fournir, à part le nucléaire. On voudrait pas nous laisser le choix, on ne s'y prendrait pas autrement !

Pirou

18-06-2021 18:34 
Tortue Ninja

PIROU => Très juste. Si je ne m'abuse, c'est ce que l'on appelle "l'énergie massique". Et jusqu'à aujourd'hui, on a rien de plus efficient qu'un réservoir d'essence comme source d'approvisionnement en énergie sur un véhicule quel qu'il soit.

C'est notamment pourquoi, en dépit d'effets d'annonce, on est encore bien loi de l'avion électrique. Parce que trimbaler 600kg de batteries dans une voiture coûte un peu plus d'énergie. Mais dans un avion, cela en demande BEAUCOUP plus. Sans compter qu'il faut alors plus de puissance, donc des moteurs plus lourds, donc une structure plus lourde pour les porter, donc plus de poids à soulever, etc...
C'est la spirale inflationniste du poids, bête noire des constructeurs aéronautiques.

C'est aussi cette même énergie massique qui pose tant de problèmes dans la création de motos électriques. Du moins tant que l'on souhaite conserver une masse raisonnable.


Quant aux réseaux, on ne peut qu'abonder dans le sens de notre révéré KPOL. Il n'y a qu'à voir comment et avec quelle douleur se sont développés les réseaux de distribution d'électricité "dans les campagnes", pour comprendre que ce n'est pas parce que pré-existe déjà un réseau, qu'il pourra faire face à l'accroissement de la demande.
N'oubliez pas qu'en parallèle du développement des véhicules électriques, on est entrain de bannir les chaudières à gaz ou au fioul...
Et que même une "miraculeuse" pompe à chaleur, cela consomme du courant pour fonctionner (D'ailleurs, une fois hors de sa plage de fonctionnement idéale, la pompe à chaleur devient un bête chauffage électrique !).

Mis bout à bout (sans oublier toute la digitalisation qui demande de plus en plus de puissance électrique), nous nous préparons des lendemains qui risquent fort de pas chanter !

19-06-2021 16:27 
B2-69

L'optimisme de RTE et de l'état. Il faut juste rappeler que certains français ne sont pas encore rattachés au réseau des eaux usées, ni au réseau téléphonique ou internet. Les effets d'annonce sont courants, dans ces entreprises-état comme en politique d'ailleurs.

20-06-2021 11:00 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Shoei