Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Ambiance du mag : ma vie dans les aéroports

Ajaccio le matin, Paris à midi, Madrid au goûter, Seville le soir...

Faut plutôt aimer l'avion pour faire ce métier...

C'est la saison des essais, comme le dit notre brave KPOK. Sans vous dévoiler toutes les coulisses de notre organisation, il est des périodes de 10 jours dans lesquelles nous devons assurer 8 essais consécutifs, voire simultanés. Du coup, entre décembre et fin mars, ça s'enflamme. Les constructeurs présentent toutes leurs nouveautés juste avant la reprise du marché au printemps et font cela en général au soleil, afin de pouvoir compter tant à la fois sur des conditions de roulage correctes et des images qui valorisent leurs machines.

Pour les rédactions, c'est le coup de feu. Comment faire pour suivre la cadence ? Optimiser les plannings. Souvent, ça rentre vraiment juste. Comme cette semaine, tiens. Exemple : lundi midi, départ pour la Corse pour l'essai de deux nouvelles KTM. Dire que j'ai des copains qui croient que je pars en vacances ; ça me donne de furieuses envies de bourre-pif. Je vous explique.

Les KTM, ce sont deux motos à essayer en une journée. Avec à chaque fois, un minimum de photos et de vidéos à réaliser ; trois arrêts sur l'itinéraire, tortueux à souhait, plus une séance de vidéo face à la caméra en fin de journée. Notre guide, c'est Gilles Salvador, un pilote ultra hyper complet (rallye routier, Dakar, Supermotard...), qui n'amuse pas le terrain. Le suivre sur petite route est possible (faut un peu de niveau quand même...), au prix d'une concentration de chaque instant. Sur la photo du dessous, votre serviteur est en veste beige, Gilles est au milieu, en gris...

Ambiance du mag : Roulage KTM en Corse

Du coup, à l'issue de la journée de roulage, on est un peu vidé. Mais attendez, là, ce n'est pas fini. Ensuite, il y a le diner. Pour ma part, je refuse de faire l'impasse : le diner, c'est l'occasion d'échanger avec les officiels et les pilote de la marque, d'en apprendre sur les à-côtés, sur la réalité de leur vie de pilote, sur l'ambiance de la marque, sur la négociation des contrats. On ne peut pas tout vous dire, car ce serait trahir la relation de confiance que l'on a avec eux, mais cela nous permet de faire notre métier, qui consiste à prendre en compte tous les aspects du monde de la moto.

23 heures. Après un dernier whisky "tourbé-salé", retour dans la chambre d'hôtel pour attaquer la seconde partie de la journée. Il s'agit que le Repaire soit le premier site à vous informer sur ce que vaut la nouvelle KTM 1290 Super Adventure S. Mon article est terminé à 2h30 du matin. Je me couche. Le réveil sonne à 5 heures. Nous allons à l'aéroport d'Ajaccio, pour un retour vers Orly à 8h45. Dans l'avion, je trie les photos sur la clé USB de 16 GB fournie par KTM, car les photographes ont eux aussi bossé toute la nuit.

Starbucks, c'est trop cher

Arrivée à Orly. Double problème : nous avons dans la foulée la présentation des Ducati Supersport et KTM nous a fait partir de Roissy. Solution : avec d'autres collègues, nous avons mutualité le problème et laissé une caisse dans le parking d'Orly, avec les combinaisons de cuir dans le coffre. On se partagera les frais de parking.

Ambiance du mag : logistique parking aéroports

Pendant ce temps-là, je passe la matinée au Starbucks d'Orly Ouest, Hall A. Bonne nouvelle : le wifi dépote sa mère. Mauvaise nouvelle : c'est hors de prix. Quasiment 10 € le latte et le muffin, c'est de l'abus (David, ça passe en notes de frais ?). Je profite néanmoins de ces quelques heures pour envoyer les photos des deux KTM et écrire l'article de la 1090 Adventure. Bien aidé par Alexis qui est en back office à la rédaction du Repaire et qui attendait le signal, je vois que mes deux articles sont publiés avant de repartir pour la Ducati. Victoire ! nous sommes les premiers !

Ambiance du mag : écriture à Orly

Des billets, plein !

Départ pour Madrid, puis correspondance pour Séville. Ce dernier vol sera en retard. Une fois sur place, une hôtesse Ducati nous emmène directement à la conférence de presse, suivie d'un diner. Arrivée à l'hôtel à 23 heures, moment où je me mets à écrire ce billet.

Ambiance du mag : 4 aéroports en une journée

Dans moins de 7 heures, le réveil sonnera : au programme, 130 km de petites routes sur la Supersport, puis 3 sessions du circuit de Monteblanco au guidon de la Supersport S. Puis, écriture de l'article dans la soirée, voire dans la nuit.

"Vous sentez pas le renfermé, en ce moment. Tu te reposes ce week-end ?", me demande Fabien, le responsable de la presse pour Ducati. Même pas : j'ai un papier de 6 pages à faire ce week-end, concernant la Suzuki 380 GT, puis mardi, je pars en Afrique du Sud pour aller essayer les Tmax et MT-10 SP 2017.

Drôle de métier, non ? J'ai essayé de le quitter deux fois, pour faire des trucs mieux payé ou socialement mieux reconnu. Et pourtant, à chaque fois, j'y reviens. C'est salement addictif, ce truc.

Plus d'infos sur la vie de journaliste moto

Commentaires

Aristoto

bonsoir Philippe,

je me rappelle de ton article sur une nocturne Paris / Guilvinec A/R (ou ds le genre, en tt cas ds le 56,un typique village breton avec sa criée) il y a bien 6 ans de ça qui m'a bien fait rêver et passer de bonnes nuits... et regarder d'un autre ½il la FJR 1300. Demain Lyon Roubaix en TGV A/R ds la journée... et c'est pas pour aller essayer des bécanes. Doit y avoir pire comme situation... bon vol

MICHEL

21-02-2017 23:36 
Ptit Loup1300

Moi qui suis passionné d'aviation et de voyage(s), je commence à détester salement les aéroports. Trop d'attente(s), trop de contrôles, trop de stress, de tracasseries sur les dimensions, formes, contenus et poids des bagages. Trimballez-vous avec un 70-200 et un 300 f2,8 et vous aurez la psychose en plus de la scoliose !

27-02-2017 11:57 
Phil G

Merci à vous deux de ces commentaires, c'est vrai que c'était un bon souvenir que cette virée nocturne et hivernale en FJR 1300 ! Et même sans un 70/200, quand on se balade avec un gros sac, un ou deux casques, une combine de cuir, l'avion, ça devient une plaie. mais reste le plaisir de découvrir de nouvelles machines et de vous le faire partager !
Philippe

01-03-2017 23:44 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous