Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Le circuit de refroidissement de la Suzuki Gixxer 250 SF en images

Refroidissement à huile versus refroidissement à eau

Suzuki simplifie le système, réduit le poids sur la GSX250F

Suzuki a publié sur sa chaîne YouTube une vidéo technique intéressante sur la GSX250F*. Elle met l'accent sur le système de refroidissement par huile plutôt original qui a été retenu.

Le monocylindre, en effet, est démuni de radiateur d'eau, un choix technique plutôt rare ces temps-ci dans la production moto.

La vidéo permet de détailler le passage de l'huile du radiateur au bas moteur, en passant par la culasse. On remarquera en particulier le cheminement complexe du liquide qui passe autour des soupapes d'échappement. C'est un point important : celles-ci chauffent bien plus que les soupapes d'admission, refroidies par les gaz frais arrivant de l'injection. Ensuite, l'huile fait son chemin vers le cylindre.

Un système différent du refroidissement à eau

Les ingénieurs se sont contentés d'une seule rigole au niveau du sommet de la chambre de combustion, rigole marquée par de petites excroissances qui favorisent les turbulences et donc les échanges thermiques entre le métal et l'huile.

Dans le cas d'un refroidissement liquide, on aurait aussi trouvé une circulation d'eau autour de la chemise des cylindres.

Cette disposition est absente sur le mono Suzuki, puisque l'huile passe ensuite directement dans le bas moteur et y joue son rôle habituel de lubrifiant. On peut imaginer que les seules grosses modifications à faire à ce niveau ont porté sur l'augmentation de la capacité d'emport du circuit d'huile et le montage d'une pompe à plus haut débit.

Avec un tel système, Suzuki gagne en poids et en coûts de fabrication. La GSXR 250 se passe ainsi de plusieurs éléments liés au refroidissement liquide : pompe à eau, vase d'expansion, radiateur, échangeur eau-huile, calorstat et durits qui viennent s'ajouter à un circuit d'huile qui lui-même doit comporter un réservoir, une pompe et des durits.

Ceci est rendu possible par la modeste puissance de la moto (26 chevaux), ce qui limite les dégagements thermiques. Sur une moto au rendement plus élevé, il n'est pas dit que ce système serait suffisant, d'autant que l'huile refroidit moins vite que l'eau -d'où l'adoption contrainte et forcée du refroidissement à eau sur les "grosses" GSX-R au tournant du siècle.

*aussi appelée Gixxer 250 SF, un monocylindre SOHC à ne pas confondre avec la Gex' 250 dont nous disposons en France et qui est équipée d'un parallèle twin

Plus d'infos mécaniques

Commentaires

Harchibald

Vidéo bien sympa. sourire

25-06-2019 08:11 
Dblz

26 CH pour un mono 250 4T c'est pas mal. Ca ferait une 500 de 52Ch. On est donc supérieur à la puissance d'une CB500 actuelle, à moteur liquide.

25-06-2019 09:37 
Berny

Citation
Dblz
26 CH pour un mono 250 4T c'est pas mal. Ca ferait une 500 de 52Ch. On est donc supérieur à la puissance d'une CB500 actuelle, à moteur liquide.

Avec les normes actuelles oui, mais en 1980 ( 39 ans donc ) Honda avait le CB 250 RS et sortait aussi 26 cv.

25-06-2019 09:57 
L'iguane

Citation
Dblz
26 CH pour un mono 250 4T c'est pas mal. Ca ferait une 500 de 52Ch. On est donc supérieur à la puissance d'une CB500 actuelle, à moteur liquide.

Les CB500 précédentes sortaient 58 cv sans forcer.

25-06-2019 11:44 
CLEW

Citation
Dblz
26 CH pour un mono 250 4T c'est pas mal. Ca ferait une 500 de 52Ch. On est donc supérieur à la puissance d'une CB500 actuelle, à moteur liquide.

En même temps ça ne fait que 104ch/l alors qu'un 1000 CBR en sort 192 soit 192ch/l et un 1000 gsxr 202...

25-06-2019 13:04 
Godzilla

Citation
Dblz
26 CH pour un mono 250 4T c'est pas mal. Ca ferait une 500 de 52Ch. On est donc supérieur à la puissance d'une CB500 actuelle, à moteur liquide.


La CB500 actuelle donne 56cv, mais pas en Europe.
Je me souviens plus ou, peut-être en Australie et quelque part en Asie.
(Les toutes dernières CB500R, X et F sont données pour 49.6cv aux USA maintenant.)

Je me souviens vaguement que le boitier électronique pour retrouver ces chevaux manquants à la version européenne, c'était un billet qui avoisinait les 800 euros ou dollars.

Pour l'anecdote, Honda, dans les années turbo (80 quoi...), avait testé au banc un prototype de moteur de 250cm3 qui a donné jusqu'à 150 cv.
Evidemment, la taille du refroidissement nécessaire annulait les avantages supposés de légèreté et d'encombrement.

Et la lymphatique Honda 250 NX sortait déjà 26cv en 1988.
Alors bon...gnarf

26-06-2019 01:25 
Dblz

Je réagissais au "c'est rendu possible par la modeste puissance de la moto (26 chevaux)" de l'article.

C'est pas la "modeste puissance de la moto qui rend ça possible", mais la qualité de conception, construction et optimisation.

Un moto 4T de route, fiable, sans flotte et qui sort 104ch/litre c'est pas "modeste" c'est honorable. On est au dessus d'une 500GSE, d'une ER5, d'un Transalp, d'une Deauville, etc. toutes à flotte et multi cylindres (sauf la 500GSE, à air). C'est ça que je dis. On n'est pas dans le bas du classement.






27-06-2019 11:52 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Aprilia