Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Débridage et puissance moto

banditkiturbo.jpg (7878 octets)La puissance est le rêve de bons nombre de motards qui poussent facilement la porte de l'interdit pour débrider leur imagination - et leur bourse - pour tirer le maximum de leur moto. Au-delà des 100 chevaux, les motos peuvent ainsi aller facilement titiller les 150 chevaux sans trop de modifications, et dépasser les 200 chevaux pour les préparations les plus pointues. Accrochez-vous...

Une petite mise au point préalable s'impose : modifier les caractéristiques d'un véhicule est totalement interdit.

Le service des Mines délivre un certificat d'homologation et la moindre modification vous rend hors-la-loi (article R 322-8 du code de la route qui oblige à déclarer toute modification). En fait, si les textes étaient suivis à la lettre, le seul fait de changer le type de pneumatique par rapport à ceux qui étaient mis lors de l'homologation, rend une moto non conforme! Le tuning, à partir du moment où il dépasse la couleur de la peinture et des autocollants en remplaçant des pièces d'origine rentre dans la même catégorie. Maintenant, il existe une certaine tolérance en France, notamment par rapport à certains pays européens (comme l'Allemagne) qui font que tuning, les changements de pneus sont tolérés sans aucun problème. Les seuls éléments couramment chassés sont les échappements et les plaques d'immatriculations trop petites.

C'est interdit?! et alors ?

Le simple fait de débrider sa moto de 34cv en full, pour les motards de moins de 21 ans, peut entraîner une contravention de 5e classe, soit 1500 euros (article R 221-1 et R 221-6 du code de la route).

Et surtout, s'il vous arrive le moindre accident, l'assurance ne vous couvrira plus, même si vous n'êtes pas en tort ! En effet, l'assureur considère alors que la déclaration lors de la souscription du contrat n'était pas sincère car vous n'aviez pas déclaré cette modification. Il peut alors rompre le contrat de façon unilatérale et conserver malgré tout les primes versées.

Anecdote récente d'un motard : une voiture lui fait un refus de priorité à droite en ville à petite vitesse... accident et moto bonne pour la casse... Malheureusement, elle était débridée ! Donc, non seulement, il a du dire adieu à sa moto, et payer de sa poche toutes les réparations de la voiture accidentée (non, vous ne rêvez pas), mais il passe en plus bientôt au tribunal dans le box des accusés. Bref, si vous débridez votre moto, elle sera alors réservée au circuit et vous devrez l'y conduire sur une remorque.

Ceci n'est pas une mise en garde hypocrite (il n'y a que des gens de mauvaise foi qui pourraient le penser), mais réellement un avertissement sérieux : je suis contre le débridage.

Cet article n'est pas un guide du débridage mais simplement quelques explications sur les différentes techniques qui peuvent être appliquées dans le cas d'une utilisation réservée piste des motos, et en aucun cas sur route (interdit et dangereux, voir plus haut).

Quelles motos

Les motos bridées sont les hyper sportives, qu'elles que soient leurs cylindrées. Du coup, la grande majorité des propriétaires de ce type de motos demandent à un moment ou à un autre au concessionnaire de les débrider. A part le fait que c'est interdit, c'est surtout dangereux. (nota : des concessionnaires ont récemment été condamnés pour avoir débridé des motos). Les pilotes de grand prix interrogés, qui ont souvent une hyper sportive "à la ville", sont les premiers à reconnaître qu'ils n'utilisent pas sur route ouverte à la circulation la moitié des possibilités de machines... qu'ils gardent bridées pour eux-mêmes. Si eux n'en sont pas capables, alors aucun motard n'est non plus à même d'utiliser le potentiel d'une moto bridée... alors débridée, je n'en parle même pas. Et si votre GSX-R 600 ne vous suffit pas, achetez la 750 ou la 1000 !

Hors les hyper-sportives, il existe quelques modèles qui bénéficient de petits coups de pouce comme la Suzuki Bandit. Cette dernière est sans doute la moto reine parmi les motos qui ont connu des modifications mécaniques. La raison en est simple : c'est une moto qui a un bloc moteur increvable et qui survit à bon nombre de modifications mécaniques. Ensuite, le prix de base de la moto est faible comparé à d'autres. Il est donc possible pour peu d'argent d'en faire une moto d'exception mécaniquement, dépassant des modèles d'origine moins puissant. Mais contrairement aux idées reçues, la Bandit n'est pas réellement bridée mécaniquement, quelle que soit sa cylindrée (600 ou 1200).

Les chiffres : quelles puissance pour une moto débridée ?

Certains vont rêver... Une Kawasaki ZX12R débridée peut indiquer 198 chevaux sur un banc de puissance... La Suzuki Hayabusa dépasse d'origine (et donc bridée) les 300 km/h, et débridée franchit allégrement les 210 km/h en ... 2e !... On se demande à quoi sert alors la boite de vitesse ;-) Et la Bandit 1200 ? Certains préparateurs se sont amusés à la préparer pour en tirer près de 200 chevaux... au prix d'une refonte importante de la partie cycle et mécanique...

Ne pas oublier que la partie cycle suit en général moins facilement que la partie mécanique les améliorations apportées... Il suffit de citer la Hornet 900 stock actuellement, qui pour certains essayeurs ne suit pas au niveau cycle la puissance du moteur... alors qu'elle est homologuée d'origine et bridée !

Techniques

Base

Les échappements

La modification la plus simple et la moins onéreuse consiste à changer d'échappement et de filtre à air. Sur un Bandit 600, on peut ainsi gagner entre 5 et 8 chevaux en prenant un échappement Nikko ou Yoshimura. Sur un Bandit 1200, le changement d'échappement peut permettre un gain de 8 à 15 chevaux, Akrapovic donnant d'excellent résultats. Attention ! Un changement d'échappement s'accompagne le plus souvent d'un réglage de la carburation afin de pouvoir bénéficier des chevaux supplémentaires.

Attention ! Dans le cas des hyper sportives, le changement d'échappement peut se traduire par une perte de performances. Les échappements d'origine sont particulièrement bien étudiés pour ces modèles et si bridage il y a, il s'effectue sur d'autres parties mécaniques.

Dans la série modification simple, il est toujours possible de changer le pignon de sortie de boite. Pour un pignon comportant une dent en moins : la nervosité peut être au rendez-vous. Ceci ne joue pas sur la puissance mais seulement sur la démultiplication finale : plus de nervosité en bas pour une vitesse de pointe moins importante.

Les kits Dynojet - stage 1, 2 ou 3 - font partie des dernières améliorations simples. Les avis sont ici partagés. Le gain est réel, mais seulement avec de bons réglages, notamment au niveau carburation. Et les réglages doivent être réalisés plus fréquemment et au moins tous les 3000 kilomètres. En résumé, la moto devient plus pointue.

Préparé

De nombreuses motos se débrident facilement avec quelques modifications simples : supprimez les réducteurs insérés sur les pipes d'admission d'une CBR 1100 XX et la bête retrouve ses 164 chevaux. Pour les Yamaha R1 et R6, le bridage se réduit à des butées en plastique situées dans les carburateurs qu'il suffit donc de supprimer : (trop) simple et très efficace.

évolué

Les modifications les plus souvent apportées sur les Bandit, passent par les changements des arbres à cames, en reprenant ceux du modèle d'origine de la Bandit : le GSX-R. Ceci se traduit pour la Bandit 600 par l'utilisation des arbres à cames de la GSX-R 750 année 89 et pour la Bandit 1200 par ceux du GSX-R 1100 millésime 89. L'opération prend 2 heures et demie de main d'oeuvre auxquelles se rajoute le prix des pièces : 390 euros (2590 francs). Les Bandits gagnent alors respectivement dix et vingt chevaux, qui s'additionnent aux chevaux gagnés par le changement d'échappement. Attention ! Le gain de puissance s'effectue ici au détriment du couple à bas régime et de la consommation, puisque celle-ci grimpe allègrement d'un bon litre en plus ! Petite remarque : je dis que les gains s'additionnent, dans ce cas précis. En effet, en préparation moteur, les gains apportés par telle ou telle modification se complètent... et peuvent donc s'ils sont mal faits s'annuler ! Un exemple ? Monter des arbres à cames avec plus de RFA sans augmenter le taux de compression, car dans ce cas là, on diminue le rapport volumétrique géométrique.

Ensuite, pour le Bandit 1200, il est possible de changer les boîtiers de filtre à air avec un passage de 38 à 50 en admission, en prenant les boîtiers de 1100 GSX-R 92. Les carbus peuvent également être modifiés en repositionnant les aiguilles avec des gicleurs adaptés. Au final, après toutes ces modifications : échappement, arbres à cames, boîtier, carburateurs, le Bandit 1200 peut déjà afficher 127 chevaux sur le banc de puissance (au lieu des 100 chevaux d'origine).

électronique

De nombreuses motos, notamment celles bénéficiant de l'injection, se débrident par la fée électronique. La Bandit 1200 - comme l'Inazuma - par exemple est protégée sur la seconde et la troisième par un petit fil rose, afin de ménager l'embrayage. Ce fil joue sur l'avance à l'allumage et réduit les possibilités de prises de tours du moteur. Débranchez le fil rose en question et le bridage disparaît. Dans la pratique, après essai, il faut vraiment le savoir pour s'en apercevoir et donc, afin de protéger la mécanique, il ne sert à rien de s'en préoccuper. Sans compter que ce fil rose, débranché, passe à la masse. Il est donc plutot conseillé de mettre un G-pack, un petit boitier électronique à cet endroit là (environ 130 euros, soit 900 francs) qui préserve le circuit électrique originel. Pour l'Hayabusa, le bridage s'effectue au niveau des pipes d'admissions avec des bagues associés à un fil au boitier électronique; il est possible de retrouver les 175 chevaux d'origine. Pour la GSX-R 1000, il suffit de décosser un fil ! Au niveau de l'Aprilia Falco, il suffit également de modifier un pré-réglage d'injection en schintant certains fils du boîtier électronique.

Le kit NOS : la réponse chimique

Kit NOSLa petite bonbonne fait rêver... de la nitroglycérine dans le bestiau doit permettre de s'envoler... Stop ! Le NOS, dit également Nitrous est du nitrogène, encore appelé protoxyde d'azote. Cet élément chimique se décompose en azote et oxygène sous la chaleur et la compression. Azote ? Oxygène ? Cela ressemble à des composants de l'air (moins l'oxyde de carbone). Et çà en est. En fait, c'est la réponse chimique à la puissance afin d'enrichir le mélange air-essence. On injecte en même temps un peu de NOS (qui se décompose en oxygène) et un peu plus d'essence et on a un mélange plus riche, plus détonant pour le moulin. Ce système a des avantages non négligeables : il s'adapte facilement sur toute moto, nécessite peu de réglages, et ne demande aucune modification au niveau du moteur, hormis l'adoption de nouveaux gicleurs pré-calibrés, et le tout pour moins de 1500 euros. J'en vois rêver encore une fois... Mais le système fonctionne au mieux pendant une dizaine de secondes d'affilée (plus long et le moteur ne survit pas). La bonbonne de NOS, quant à elle, contient 2 à 3 minutes de puissance et se change donc régulièrement au prix modique de 25 euros. Ce système se limite donc à une utilisation pour un dépassement, ou "un run".

Le Kit MrTurbo

Cela ressemble à une farce et pourtant... le kit MrTurbo se trouve sur Internet et permet de booster les performances de la Bandit jusqu'à 160-250 chevaux pour la modique somme de 3795 US$. Là, il s'agit d'un vrai turbo !

Course

Il est encore possible de pousser plus loin les modifications mécaniques :   changement de pistons, modification de culasse, allègement du vilebrequin, modification de l'allumage, kit NOS... Ces modifications mécaniques doivent être complétées par un renforcement de la partie cycle : amortisseur de direction obligatoire, renforcement du bras oscillant au mieux, changement au pire pour le rallonger (afin d'éviter le wheeling à chaque démarrage), remplacement du guidon par des bracelets afin d'allourdir l'avant, étriers de freins... Une Bandit 1200 peut alors lécher les 200 chevaux au vilebrequin... Ces transformations coûtent cher, sur le plan financier bien sur (compter 10.000 euros) mais surtout mécanique : prévoir des démontages tous les 2500 kilomètres, un montant de révisions conséquent et une consommation surdimensionnée pouvant avoisiner les vingt litres au cent.

Conclusion

Si vous êtes mécanicien et si vous pouvez vous permettre de limiter l'utilisation de votre moto au circuit, la Suzuki Bandit 1200 est une excellente base de préparation.

Si vous voulez plus de puissance tout en roulant sur route, changez de motos. Il y en aura toujours une qui aura la puissance que vous souhaitez sans risquer de payer toute votre vie un accident parce que les assurances se seront retournées contre vous, dans le cas où elles pourraient encore se retourner contre vous :-(
Et si vous voulez lire l'aspect législatif du débridage, c'est aussi en ligne...

Si vous voulez vraiment vous faire peur, mais en toute sécurité, et surtout apprendre à maîtriser votre moto ou une moto d'exception, il existe surtout des stages de pilotage (avec des hyper sportive en location, toutes marques), qui vous  feront vraiment monter l'adrénaline et vous rendront accro à la piste :-)