Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia

Champion de France 250 de vitesse en 1986

Champion de France Open en 1987

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia (photo : Yamaha)Fils d’un concessionnaire Yamaha, Jean-Philippe Ruggia nait le 1er octobre 1965 à Toulon et hérite de la passion de son père pour les deux-roues motorisés. Ce dernier l’aide d’ailleurs à se lancer dans la compétition et en 1984, Jean-Philippe Rugia prend le départ de la Coupe RD350LC où il se classe quatrième mais il remporte parallèlement la finale européenne en fin de saison.

Ces débuts encourageants lui permettent de participer de nouveau à la Coupe Yam en 1985 qu’il remporte haut la main, décrochant la victoire sur l’ensemble des manches à l’exception de la première qui revient à Christophe Bouheben.
En 1986, ces premiers succès en compétition lui ouvrent la porte du Championnat de France puis du Championnat d’Europe.
En Championnat de France 250 il termine premier national et se classe second en Championnat d’Europe après avoir signé trois podiums dont une victoire en Espagne.

Entrée au championnat du monde

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia (photo : Yamaha)L’année qui suit, il fait son entrée au championnat du monde de vitesse en catégorie 250cm3 au guidon d’une Yamaha 250 TZ. Avec une septième place en Espagne et une huitième position en France, il marque sept points au mondial et occupe le 17ème rang du classement final.
Au cours de cette même année 1987, il court au championnat de France Open 250 qu’il remporte face à des rivaux pourtant expérimentés tels que Guy Bertin.

La saison suivante, il est approché par Jean-Claude Olivier pour intégrer l’écurie Sonauto où il pilote une Yamaha 250 TZ. Malgré la rude concurrence qui règne sur la piste avec des noms aussi prestigieux que Dominique Sarron ou Carlos Lavado, Jean-Philippe Ruggia parvient à réaliser une bonne saison et accroche même la troisième place du Grand Prix d’Espagne.
A l’issue de cette saison 1988, Ruggia occupe le septième rang mondial de la catégorie 250cm3 juste devant Anton Mang.

Un style de pilotage inimitable

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia (photo : DR)Si ces résultats en course lui assurent une certaine notoriété, Jean-Philippe Ruggia se fait également connaître grâce à son style de pilotage inimitable. On le voit en effet souvent poser le coude en courbe.

A la fin de la saison 1988, Ruggia se blesse lors d’essais privés organisés par le manufacturier Michelin sur le circuit Bugatti du Mans.
Toutefois, cette blessure ne l’empêche pas d’entamer la saison 1989 sur les chapeaux de roue. Encore engagé avec Sonauto, Jean-Philippe Ruggia dispose pour cette saison d’une 250 Yamaha YZR d’usine mais doit vite s’incliner face aux Honda NSR officielles. Il parviendra toutefois à se hisser à trois reprises sur le podium avec une belle performance en Australie où il signe la pole position. En course, il est se bat en tête avec Sito Pons qui s’offre la victoire pour seulement quelques petits centièmes. Second en Australie, il sera également second en Italie et troisième en Espagne pour finalement truster la septième place du classement final.

Dans la catégorie reine

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia (photo : DR)C’est en 1990 que Ruggia accède à la catégorie reine au championnat du monde de vitesse. Sous les couleurs du team Sonauto il fait alors équipe avec Christian Sarron et pilote une Yamaha YZR 500 OWC1 face à Wayne Gardner, Mick Doohan, Wayne Rainey ou encore Eddie Lawson.
D’entrée de jeu, il se classe dans le top 10 à Suzuka et termine second derrière Wayne Rainey en Belgique.
En fin d’année, il prend la huitième place du classement général juste devant son coéquipier Christian Sarron.

En 1991 conserve sa place au sein de l’écurie Yamaha Sonauto mais a pour coéquipier Adrien Morillas. A l’issue d’une saison difficile, marquée par des abandons et une blessure, Ruggia décroche la dixième place du classement général sans avoir signé le moindre podium tandis qu’Adrien Morillas termine neuvième.
La saison qui suit, il retourne en catégorie 250cm3 et quitte Yamaha pour intégrer la structure officielle Gilera où il s’associe à Carlos Lavado. Hélas, la saison s’avère une fois encore compliquée et le Français ne peut guère faire mieux qu’une 17ème place au classement général tandis que Lavado termine 19ème.

Passage chez Aprilia

Jean-Philippe Ruggia et Jean-Michel Bayle (photo : DR)La saison 1992 ayant été décevante, Ruggia décide de signer avec le constructeur Aprilia pour l’année 1993 en catégorie 250cm3 où il rejoint Loris Reggiani ainsi que Wilco Zeelenberg.
D’entrée de jeu, le pilote Français marque des points en Australie en terminant neuvième et première Aprilia de l’épreuve. En cours de saison, il réussit à plusieurs reprises à dominer ses adversaires en montant sur la troisième marche du podium en Espagne et en signant deux belles victoires en Grande-Bretagne et en Italie. Fort de ces succès, il remonte au sixième rang mondial.

En 1994, il poursuit sa collaboration avec Aprilia et fait équipe avec le Français Jean-Michel Bayle ainsi que le champion italien Max Biaggi.
Ce trio de choc s’illustre dès le premier Grand Prix puisque Biaggi écrase littéralement la concurrence en s’emparant de la victoire tandis que Jean-Philippe Ruggia pointe à la quatrième place. Pour sa part, Jean-Michel Bayle ferme la marche en dixième position.

Cinquième du mondial en 1995

Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia (photo : DR)Si Biaggi remporte la plupart des courses, Ruggia parvient néanmoins à s’imposer en Espagne tandis que l’Italien est contraint à l’abandon.
Au classement final, Max Biaggi s’empare sans surprise du sacre mondial tandis que Ruggia termine sixième et Bayle huitième.

Un an plus tard, Jean-Philippe Ruggia prend les commandes d’une Honda NSR 250 d’usine aux couleurs du Team Elf Honda Tech3.
Au guidon de sa Honda, Ruggia se montre régulier et marque des points lors de chaque course, à l’exception du Grand Prix d’Australie. Au classement final du championnat du monde, il décroche la cinquième place.

Les dernières années en compétition

En 1996, il pilote de nouveau une Honda officielle cette fois-ci au sein du team «Chesterfield Elf Tech3 avec Olivier Jacque en tant que coéquipier.
Hélas, alors qu’Olivier Jacque triomphe en terminant troisième du mondial, Jean-Philippe Ruggia connait une saison difficile qui le conduit au neuvième rang du classement général.

A l’issue de cette saison, Jean-Philippe Ruggia quitte le monde des Grands Prix mais revient en 1998 avec une Muz Weber 500 avec laquelle il court le Grand Prix des Pays-Bas.
A la fin de cette année 1998, il refuse un poste de pilote de développement de la part du constructeur Honda en raison de son contrat qui le lie à la marque Bimota. Hélas, la firme italienne est en faillite et Jean-Philippe Ruggia disparait du milieu de la compétition.

Palmarès de Jean-Philippe Ruggia en Grand Prix

SaisonCatégorieCourseVictoirePodiumMotoClassement
1998 500cc 1 0 0 Muz Weber
1996 250cc 15 0 0 Honda 9
1995 250cc 13 0 0 Honda 5
1994 250cc 14 1 2 Aprilia 6
1993 250cc 14 2 3 Aprilia 6
1992 250cc 13 0 0 Gilera 17
1991 500cc 12 0 0 Yamaha 10
1990 500cc 15 0 1 Yamaha 8
1989 250cc 11 0 3 Yamaha 7
1988 250cc 15 0 1 Yamaha 7
1987 250cc 15 0 0 Yamaha 17

Plus d'infos sur Jean-Philippe Ruggia