Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Histoire constructeur : Ossa

Les roues dans la boue

Histoire constructeur : OssaContrairement à de nombreux constructeurs d’abords orientés vers la production de bicyclettes à l’instar de Hercules ou de NSU ou dans l’armement comme BSA ou Royal Enfield, la marque Ossa fait ses débuts dans l’industrie cinématographique.
Fondée en 1924 à Barcelone, la société Ossa met au point des projecteurs de cinéma jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Suite au conflit, elle se réoriente vers la conception de motocyclettes à moteur deux temps.

Le drame Herrero

Très rapidement, elle met au point des machines tout-terrain, enduro ou de cross qui brillent dans toutes les disciplines. En Grand Prix, c’est sa machine à cadre monocoque qui est l’objet de toutes les attentions. Cette dernière se montre très prometteuse entre les mains du pilote Santiago Herrero qui remporte à son guidon quatre victoires en catégorie 250cm3. Malheureusement, Herrero trouve la mort sur une Ossa lors du Toursit Trophy de 1970. Très affectée, la marque se retire de la compétition en signe de deuil.

Implication dans l'univers du tout-terrain

Santiago Herrero et sa Ossa de Grand PrixSuite à ce drame, Ossa se consacre exclusivement à l’univers du tout-terrain et plus particulièrement au trial aux côtés du pilote Mick Andrews qui décroche deux sacres de champion d’Europe consécutifs en 1971 et 1972. Plusieurs machines tout-terrain sont alors proposées au grand public telles que les Explorer, Gripper et autres Plonker. Bénéficiant d’une belle réputation, les machines se vendent bien mais elles doivent rapidement faire face à la rude concurrence des machines japonaises apparues sur le marché ibérique à la fin du franquisme.

Mort et renaissance

Dans une ultime tentative de survie, Ossa tente de fusionner avec la marque Bultaco sans grand succès. L’entreprise finit par disparaître.
Elle refait néanmoins une réapparition surprise dans les années 2000 grâce à un racheteur qui présente un prototype en 2009 lors du salon EICMA de Milan. Baptisée TR 280, la moto est commercialisée dès l’année suivante. Elle poursuit aujourd’hui son activité de façon confidentielle sans toutefois retrouver l’éclat de son passé motocycliste.

Plus d'infos sur Ossa

Motoblouz Motoblouz Motoblouz