Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Le Flat track

Tourner en rond sur un anneau ovale de terre battue avec une moto dépouillée

Le retour du sport phare des années 70

Les courses sur piste sont parmi les plus vieilles compétition de motos existantes. Mais alors que l'Europe voit le Speedway se populariser, c'est aux Etats-Unis que naît le Flat-Track pendant les années 20.

Le dirt track ou flat-track est d'abord né avec des bicyclettes avant de passer aux motos, tournant en rond sur un anneau ovale de terre battue de ¼, ½ ou 1 mile, sur lequel on tourne dans le sens antihoraire.

Alors que plusieurs disciplines existent sur piste, la crise de 1929 met à mal les constructeurs. Pour maintenir la compétition, l'American Motorcyclist Association (AMA) lance le premier championnat Class A Dirt Track en 1932, ouvert aux prototypes, avant de créer une Class C réservée aux motos de séries transformées. Le contexte économique fait que cette dernière explose et se popularise rapidement, notamment après la Seconde Guerre Mondiale.

En Flat Track, le frein arrière permet une autre approche de la glisse

En piste, ce sont Harley-Davidson et Indian qui se bataillent pour les titres jusqu'à la disparition de la marque du chef indien. Les compétitions sont alors regroupées dans l'AMA Grand National Championship et le constructeur de Milwaukee y construit son hégémonie en glanant tous les titres ou presque. Il faudra attendre les années 60 pour que les constructeurs britanniques investissent la discipline avec succès avec les victoires de Matchless, Triumph et BSA.

La décennie suivante marque l'arrivée en force des constructeurs japonais. Yamaha est le premier à s'imposer en 1973 grâce à un certain Kenny Roberts qui marquera par la suite l'histoire des Grands Prix. Le Flat Track vit son heure de gloire et fait éclore de nombreux champions des GP à l'image de Freddie Spencer, Eddie Lawson ou Waine Rainey. La compétition reçoit également le sponsoring des grands groupes cigarettiers.

Le Hooligan Championship en Europe

Mais à la fin des années 80, l'engouement se délite. Les constructeurs préfèrent miser sur d'autres compétitions et abandonnent progressivement la discipline.

Il faudra attendre un quart de siècle avant que le Flat Track ne revienne sur le devant de la scène par l'intermédiaire de la mouvance néo-rétro. Le retour en force du vintage voit les événements se multiplier et avec eux le retour des courses de flat track en guise d'animation d'époque. Egalement revenu au premier plan, Indian Motorcycle ne manque pas l'occasion de soutenir ces courses pour renouer avec son glorieux passé et s'associe avec le préparateur en vogue Roland Sands pour concevoir des kits de transformation pour sa Scout.

L'Indian FTR750

Les courses épisodiques du préparateur californien prennent rapidement de l'ampleur et deviennent un championnat à part entière au sein du calendrier AMA dès 2017. En Europe aussi le Flat Track fait son grand retour, dès le milieu des années 2000 par le biais de la Dirt Track Riders Association. Mais c'est une décennie plus tard que les compétitions prennent de l'ampleur avec le Flat Track Nationals, le championnat britannique, mais aussi le Hooligan Championship, le championnat d'Europe. Indian continue de mener la marche de ce retour, mais Harley-Davidson ne tarde pas se réengager, rallumant une rivalité centenaire sur la piste.

Les motos

Si en Speedway les machines ne disposent ni de frein, ni de suspensions et roulent avec un monocylindre 4-temps au méthanol, les conditions du Flat Track sont bien différentes. Les "Hooligans" sont en effet des transformations de moto de série dont elle doivent conserver le moteur d'au moins 750 cm3 et le cadre. Le frein avant est retiré, mais l'arrière est conservé, tout comme la fourche et le ou les amortisseurs.

Harley de Flat Track sur base de Street Rod

Les courses

Comme le veut la tradition, c'est sur des pistes ovales que se dispute le Flat Track. A la mesure américaine ¼, ½ ou 1 mile, la longueur de ces dernières varie entre approximativement 400, 800 et 1.600 mètres. Les courses voient quant à elles s'affronter les pilotes par groupes de 4 à 8 qui tournent en sens anti-horaire pour un nombre de tours donnés, généralement entre 4 et 6. A l'issue de chaque manche, les pilotes engrangent des points et c'est le cumul de ces derniers qui donne le classement de l'épreuve.

Epreuve de Flat Track de l'AMA

Plus d'infos sur les courses sur piste