english

Conseils : quel équipement à moto pendant la canicule

Un équipement adapté, une moto entretenue et une vigilance maximale

Conseils pour utiliser son 2-roues sous les très fortes chaleurs

On se penche régulièrement sur tous les conseils pour bien rouler à moto quelle que soit la météo, avec des conseils de conduite d'un deux-roues l'hiver, sous la pluie, quand il y a du verglas, sur les équipements pour éviter de givrer sur place. Mais si l'été est généralement la saison idéale pour faire de la moto, la situation est nettement moins idyllique lorsque les températures grimpent trop haut et surtout trop longtemps. Alors que les épisodes de canicule se multiplient année après année, avec des records de températures au-dessus de 40°c (et encore plus en température ressentie) voici quelques conseils pour aborder sereinement les trajets par très forte chaleur.

Conduire et s'équiper à moto pendant la canicule

L'équipement adapté à la chaleur pour ne pas ressembler à une pizza

Quand le mercure dépasse les 30°C à l'ombre, on pourrait être tenté de réduire les épaisseurs de vêtement pour profiter au maximum du refroidissement que procure l'air pendant le roulage. Et l'on voit effectivement ressortir les shorts et tongs au printemps. On a même vu un homme arrêté pour conduire nu un scooter ! Il faut reconnaître qu'il doit être bien ce biker les bras à l'air pour rafraîchir ses aisselles sans oublier son petit bol rafraîchissant...

S'il y a bien un conseil à suivre, c'est de ne pas lésiner sur l'équipement, à moins d'être prêt à repartir façon pizza au moindre accroc ou au mieux avec des brûlures et coups de soleil sur les zones non couvertes. On ne le répétera jamais assez, mais la pratique de la moto nécessite le port d'un équipement adapté et protecteur mais si la loi n'oblige pas - pour l'instant - à autre chose qu'un casque et des gants. Et ça tombe bien car comme pour l'hiver avec les vêtements étanches et chauffants, les équipements pour motards existent aussi dans des versions adaptées à la saison estivale.

Pour le blouson comme pour le pantalon, on trouve une multitude de références homologuées et pourvues de protections CE qui intègrent de larges panneaux en mesh, assurant ainsi un bon passage du flux d'air tout en protégeant contre l'abrasion en cas de chute. Les gants et les chaussures/bottes bénéficient du même traitement de faveur avec des équipements certifiés pourvus de perforations.

A l'extrême des blousons, on trouve les vestes filets mais qui ne résisteront pas très longtemps en cas de glissade.

Pour les gants, on note notamment les perforations sur le dessus de la main et des doigts. Le seul risque ensuite concerne les gants qui déteignent sous l'effet de la transpiration; on ne le sait souvent que la première fois, avec des nettoyages vigoureux nécessaires. Et pour en avoir fait les frais, il m'a même fallu plusieurs lavages de main dans la journée suivante pour arriver à retrouver mes mains roses.

Il est simple de s'y retrouver puisque la dénomination de ces derniers est généralement sans équivoque en affichant les termes Air, Cooler, Vented ou tout autre mot renvoyant de près ou de loin à la chaleur et la ventilation.

Si cela ne suffit pas, par exemple en ville lorsque les arrêts sont nombreux et que le vent disparaît avec eux, il existe aussi depuis quelques années des gilets rafraîchissants qui se portent sous le blouson et qui permettent de faire baisser drastiquement la température corporelle. L'idée repose souvent sur l'utilisation de l'évaporation de l'eau pour rafraîchir. Cela s'appelle par exemple technologie HyperKewl, on en trouve chez plusieurs équipementiers comme BMW, Macna ou Rev it pour ne citer qu'eux.

Et s'il y a des sous-couches thermiques pour l'hiver, il y en a également dédiées à l'été permettant de mieux réguler la température corporelle et la transpiration, tout en séchant très rapidement. On évitera ainsi le coton.

L'équipement pour ne pas être brûlé par la moto

Une moto se refroidit moins l'été, avec une température qui monte. Cette température de la moto qui monte se caractérise par un dégagement de chaleur bien plus important que la normale et peut brûler en partie les jambes et mollets. Il faut donc encore moins lésiner sur un pantalon épais et résistant au dégagement de la chaleur du moteur et/ou de l'échappement.

Le casque

Cruel dilemme que le choix du casque lorsque la température est élevée. Vaut-il mieux opter pour un jet ouvert qui permettra de garder un flux continu sur le visage pendant la conduite ou pour un intégral qui vous protégera la mâchoire en cas de chute ? L'idéal est bien sûr de trouver un intégral bien ventilé qui se montrera souvent également plus bruyant sur route; forcément, tout est question de compromis. Les casques cross peuvent aussi être une solution à ce niveau en laissant passer beaucoup d'air de façon frontale.

Le compromis peut aussi passer par les modèles modulables qui peuvent s'ouvrir et passer d'une configuration à l'autre. Attention toutefois à bien vérifier que le casque est doublement homologué P (intégral) et J (jet) ce qui permet de l'utiliser sur route ouvert comme fermé. Si ce point est maintenant devenu la norme, tous les modulables ne peuvent pas forcément être utilisés en position ouverte.

Les préparatifs

Selon votre monture, son système de refroidissement et son état, il peut être judicieux de vérifier quelques points techniques assez basiques avant de prendre la route par forte chaleur, par exemple le niveau du liquide de refroidissement et le niveau d'huile. Certes, en France on ne rencontrera pas les températures de la Vallée de la Mort, mais ça ne sert à rien de prendre des risques sur sa mécanique alors qu'une simple vérification aurait permis d'éviter un quelconque problème.

Même chose pour les pneus qui peuvent souffrir lorsque la température de l'asphalte grimpe trop, avec une usure plus rapide sans oublier une pression pouvant être trop importante. Un pneu à la mauvaise pression est un pneu qui s'use plus vite et mal, sans oublier le risque d'éclatement.

Sur la route

Dans la mesure du possible, on évitera de prendre la route aux heures les plus chaudes, question de bon sens. Si malgré tout, vous devez effectuer un long trajet, n'hésitez pas à multiplier les pauses et à en profiter pour vous hydrater régulièrement et vous rafraîchir à l'ombre. Un "camelback" glissé dans un sac à dos ou dans la bosse d'un blouson permettra aussi de se désaltérer pendant la conduite. Ce point sera d'autant plus utile à ceux qui n'ont pas la chance d'avoir des équipements ventilés et qui transpirent donc davantage. Il faut alors boire au moins 1 litre et demi par jour, mais ne pas dépasser non plus 2 litres et demi.

Il ne faut pas oublier qu'à des températures élevées, la route devient nettement plus dangereuse lorsque le goudron chauffe, se ramollit et peut provoquer des déformations de la chaussée, des pertes d'adhérence, des ornières... Selon les études menées après la canicule de 2003, une température de 35°C dans l'air fait monter celle de l'asphalte jusqu'à plus de 70°C. Si après plusieurs jours de fortes chaleurs sans pluie, un orage ou une averse vient à éclater, il faut redoubler d'attention car l'eau va d'abord faire ressortir les dépôts gras et transformer l'asphalte en patinoire (le fameux verglas d'été). Il faudra attendre plusieurs pluies pour que le sol redevienne "normal".

Enfin, c'est toujours vrai à moto, mais ça l'est encore plus sous la canicule : prenez garde aux autres ! La chaleur, la luminosité, la fatigue... tous ces facteurs ne font que jouer négativement sur la concentration des conducteurs, c'est le cas pour vous mais aussi pour les piétons, cyclistes, automobilistes... Restez donc vigilants en toutes circonstances, mais vous devez déjà avoir l'habitude...

Plus d'infos sur la moto pendant la canicule

Suzuki Suzuki