Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Afrique du Sud : culture

11 langues officielles, 3 capitales, une histoire complexe et parfois violente

L'Afrique du Sud, une vraie terre de contraste et une vraie créativité artistique

Afrique du Sud : cultureAvec 11 langues officielles, 9 provinces et 3 capitales, bien malin celui qui dit prétendre tout connaître (et comprendre !) rapidement de l'Afrique du Sud, ce pays posé à l'extrémité du continent africain. Et ce, d'autant que la plus grande ville du pays (et la troisième du continent africain), Johannesburg, n'a pas le statut de capitale. Bref : l'Afrique du Sud, un monde dans un seul pays ? Y'a de ça. Mais reprenons les choses dans l'ordre.

Politique

Accrochez-vous, c'est compliqué. Depuis la nuit des temps (ce n'est pas une expression, car l'origine de l'humanité pourrait remonter à des squelettes retrouvés dans la région de ce qu'est aujourd'hui Johannesburg), l'Afrique australe était peuplée, assez peu, d'ailleurs, de chasseurs cueilleurs. De type San (descendant des Khoisan, comme dans le film "les dieux sont tombés sur la tête), dans les environs du Cap et de type Bantou (comme la majorité des peuples d'Afrique du centre - est) sur les côtes. Globalement, ça se passait bien (à part les lions qui venaient les bouffer, mais ils avaient des lances).

En 1652, faisant escale sur la route des Indes (le canal de Suez, fort pratique, n'existait pas encore), les premiers colons débarquent. Ils sont Hollandais et trouvent que le Cap, ma foi, c'est fort joli. Ils commencent à faire des enfants aux femmes locales (y'a généralement que des mecs dans les bateaux de colons) et posent les bases de la culture Coloured. Puis, exactement un siècle plus tard, les Anglais débarquent et avec les Hollandais, ça se passe pas super bien. Du coup, ces derniers partent coloniser l'intérieur du pays : ce mouvement, que l'on appelle le Grand Trek, est porteur d'une dimension quasiment mystique. Ils se voient alors comme un peuple élu, devant conquérir des terres hostiles, avec pour seules armes leurs fusils et leurs bibles. Ce faisant, ils découvrent des mines d'or à Kimberley, se fritent avec les zoulous (qui leur mettent une belle tôle à la bataille de Blood River, comme quoi, des sagaies contre des fusils, ça marche, des fois), envoient les Sothos (pas fous, ils les avaient vu arriver de loin) se planquer au Lesotho et demander un protectorat britannique, puis découvrent les mines d'or à Johannesburg.

Afrique du Sud : Johannesburg

Là, ça se complique encore. Alors que Johannesburg se développe de manière exponentielle, les colons hollandais multiplient les mesures ségrégationnistes tout en exploitant la main d'œuvre locale. Cela aboutira à la politique d'apartheid (1948 - 1990), à ses délires hygiénistes, à une urbanisation typique (notamment avec les townships : Soweto est quasiment aussi grand que Paris intra muros) et à leurs corolaires, les camps de squatters. Puis, lâchés par les États-Unis (minute géopolitique globale : durant la Guerre Froide, l'Afrique du Sud était un rempart du capitalisme à l'occidentale, menacé par les pays voisins, Angola et Mozambique, qui étaient communiste et qui, via la Russie, soutenait le parti d'opposition ANC) dès la fin de la chute du Mur, l'Afrique du Sud se retrouve seule et la situation devient ingérable. L'apartheid est aboli en 1990, Nelson Mandela est le premier président démocratiquement élu, le 27 avril 1994. Depuis, l'ANC est au pouvoir.

Villes et musées

A l'exception du Cap et de quelques villes de la côte, celles du centre sont plus récentes : Johannesburg a été fondé en 1886. Les férus d'architecture y trouveront de quoi se faire plaisir, entre bâtiments coloniaux et construction qui illustraient bien le totalitarisme de l'apartheid. Le musée de l'apartheid, à la lisière de Soweto, mérite le détour pour comprendre l'histoire du pays. Il est intéressant parce que chaque visiteur se voit classer, arbitrairement, comme blanc ou noir et découvre donc l'histoire du pays sous un angle différent.

Afrique du Sud : musée de l'apartheid

Et si l'on veut aller plus loin, le musée Cradle of Humankind ("berceau de l'humanité") à Sterkfontein, (50 km au nord ouest de Johannesburg) permet de comprendre l'histoire de Ms Ples et de Little Foot, considérés comme faisant partie des plus anciens spécimens de l'humanité.

Sinon, les villes principales (Cape Town, Pretoria, Durban et Bloemfontein) sont riches en musées historiques et artistiques.

Musique

Grosse scène musicale que celle de l'Afrique du Sud. Elle a connu sa première percée internationale à l'époque de Sophiatown (dernier quartier mixte, à la forte production musicale), quartier rasé au début des années 60 pour séparer les gens dans des quartiers différents et éloignés les uns des autres. C'est de cette époque qu'ont émergé des gens comme Myriam Makeba ou Hugh Masekela. Un peu plus tard, Johnny Clegg a fait son boulot en sensibilisant, à la fin des années 80, la scène internationale sur la situation du pays : n'hésitez pas à le voir en concert, car dans la vie, Johnny Clegg est aussi professeur de musicologie à l'université de Johannesburg et pour y avoir assisté, ses spectacles sont hyper enrichissants sur la musique et la culture du pays.

Afrique du Sud : Johnny Clegg

Plus près de nous, l'Afrique du Sud a produit des jazzmen, des bluesmen (l'étonnant Louis Mhlanga, par exemple), de la world music (Freshly Ground), mais aussi une forte production de kwaito (le hip hop des townships). Dans les grandes villes, on trouve des concerts tous les soirs dans des bars ou des petites salles. Ne pas hésiter à s'y rendre.

Théâtre

D'abord contestataire, le théâtre sud-africain a évolué pour illustrer à merveille le besoin d'expression et l'exubérance créatrice dont avait besoin ce pays après des années d'isolement. Des pièces comme "Ubu and the Truth commission" sont devenues mythiques et internationalement, la metteuse en scène Robyn Orlyn est incontournable.

Littérature

Pareil que pour le théâtre. La littérature locale a longtemps été une littérature de contestation, souvent brillante, portée par des grands noms tels que Alan Paton, Nadine Gordimer, Andre Brink ou encore JM Coetzee (Prix Nobel de littérature). Mais voilà : avec la fin de l'apartheid, il n'y avait plus rien à contester et certaines des vieilles gloires ont produit quelques ouvrages illustrant le déclin et les doutes des vieux blancs dans un monde qui avait changé. C'était moins percutant, même quand le vieil universitaire se demande s'il doit succomber aux charmes de ses étudiantes à la peau bronzée.

Est alors arrivée une nouvelle vague : tout comme l'école nordique, on peut dire qu'il y a une école du polar sud-africain. Efficace et entrainante, elle est surtout moderne et est menée par Deon Meyer, qui a la carrure d'un Michael Connelly et qui place ses actions dans la ville du Cap avec la même galerie de personnages (flic maudit et alcoolo, anciens sniper de l'ANC reconverti dans la démocratie, petits gangsters...)

Sport

La, les clivages sont encore présents. Malgré l'excellent film Invictus, le rugby reste principalement un sport de blancs et vous aurez plus de chance d'assister à de bons matches de foot dans les townships. Supportez les Kaizers Chiefs ou les Orlando Pirates, mais il faudra faire un choix. Et voici un défi pour vous : allez assister à un match de cricket et essayez de comprendre les règles. Enfin, il faut reconnaître que les championnats de vitesse moto sud-africains sont plutôt relevés. Ne ratez pas une manche à Kyalami ou sur le circuit de GP de Welkom.

Afrique du Sud : le circuit de Kyalami

Grands espaces

La culture, c'est aussi le rapport des habitants avec leur propre pays. Le Sud-Africains sont de vrais amoureux de la nature. Le pays compte une multitude de réserves, des lodges incroyables en pleine nature, des milliers de kilomètres de chemins de randonnée. N'hésitez pas à vous mettre au vert avec un ranger qui vous expliquera les mystères de la savane, si la météo est favorable, ce qui est souvent le cas. Et on peut aussi prendre la route pour s'abreuver de grands espaces, comme par exemple sur la côte Atlantique au Nord de Cape Town.

Afrique du Sud : le parc Kruger

Plus d'infos sur les voyages