Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire du Maroc

Une succession de dynasties

Habitée des le 11ème siècle av. JC

Abu Hafs Umar al-Murtada, calife almohadeLes phéniciens sont les premiers à installer leurs comptoirs sur les côtes marocaines dès le 11ème siècle av. JC. Ils diffusent leurs connaissances à travers l'Afrique du Nord, jusqu'à la fondation de Carthage en Tunisie. Dès le 5ème siècle av. JC, ces derniers recherchent sur l'actuel Maroc des métaux précieux et influencent dans le même temps le territoire.
Au 4ème siècle av. JC se crée le royaume de Maurétanie, avec le roi Baga. Le royaume garde le même système politique que celui des Carthaginois et utilise comme langue officielle le punique.
A l'arrivée des romains à Carthage, ils s'allient contre les Numides. Au fil des années ils gardent une relation étroite avec l'empire mais gardent leur indépendance.
En 40, après la mort du souverain tué par l'empereur Caligula, l'Empire romain envahit la Maurétanie. Les Berbères luttent perpétuellement contre Rome et c'est à cette époque que les premières traces du sentiment d'unité marocaine naît. Suite à la crise de l'Empire, leurs territoires en Afrique reculent fortement, jusqu'à l'invasion des Vandales. Les Byzantins reprennent rapidement le contrôle de la région, jusqu'à la conquête arabo-musulmane au début du 8ème siècle.

L'Ere islamique

L'Ere islamique est marqué par les affrontements entre Arabes et Berbères. Dès l'invasion arabe, les Berbères se rebellent contre les pratiques des Arabes. Après leurs doléances non écoutées par le khalife (souverain musulman), une insurrection survient à Tanger. Les Berbères infligent de nombreuses défaites au fil des ans à la dynastie des Omeyyade jusqu'à leur chute en Syrie en 750.
En 789 est fondée la dynastie des Idrissides avec comme premier souverain Idriss Ier, investi imam et qui fonde la ville de Fès. Il est tué peu après par un émissaire du khalife abbasside Haroun al-Rachid (qu'il fuyait). Son fils naît peu après et est nommé Idriss II. A ses onze il devient imam de la ville à son tour. Le royaume s'agrandit sous son règne ainsi que le nombre de fidèle à l'Islam, d'abord chiite puis sunnite sous l'influence des Omeyyades.
A la chute des Idrissides, le Maroc devient le théâtre des rivalités entre les Omeyyades d'Espagne et les Fatimides, une dynastie d'Ifriqiya (est de l'Afrique du Nord). Les affrontements entre les dynasties et les tribus locales durent plusieurs siècles. Parallèlement, de nombreux royaumes se sont développés partout sur ce qui est aujourd'hui le Maroc.
En 1055, les Almoravides s'emparent du royaume, qui s'étend sous leur pouvoir du Sénégal à Alger en Afrique et jusqu'au Pyrénées.

Les dynasties berbères

Sous le règne des Almoravides, l'islam malékite, une doctrine puritaine et stricte, est peu à peu imposée dans le royaume. La ville de Marrakech est fondée en 1062. La dynastie étend son pouvoir sur l'Afrique du Nord ainsi qu'en Espagne, malgré une défiance montante de la part des Almohades. Ces derniers, dirigés par Mohammad Ibn Toumert, contestent l'autorité religieuse des Almoravides. Soutenus par la plupart des peuples du sud, ils s'emparent des cités marocaines une à une, jusqu'à la prise de Marrakech en 1147. Le dernier souverain Almoravide y est exécuté.
Dans la foulée, les nouveaux régents reprennent les terres espagnoles perdues durant la chute de la dynastie précédente. Autour de 1202, le pouvoir des Almohades est à son plus haut, avec une victoire sur les derniers rebelles Almoravides. Une paix de courte durée s'installe de Séville à Tunis. Mais en 1212, la Reconquista prend un tournant décisif avec la victoire des chrétiens sur les Arabes. Les Almoravides perdent peu à peu leurs terres, jusqu'à la prise de Marrakech en 1269 par la tribu des Mérinides.

Ces derniers offrent un nouvel âge d'or au royaume, ainsi qu'une paix de courte durée. La péninsule ibérique leur échappe et de nombreuses révoltes secouent le pays. Malgré des victoires en Algérie et en Ifriqiya (Afrique du Nord), l'instabilité ne cesse pas réellement. A la mort du sultan au pouvoir en 1358, l'anarchie s'installe dans le pays. Les vizirs tentent de s'accaparer du pouvoir en mettant au pouvoir un régent faible et manipulable, tandis que les richesses du pays sont peu à peu pillées. Les Mérinides connaissent une fin tragique, avec l'assassinat des vizirs et du dernier des Mérinides en 1465.

La dernière dynastie berbère à régner est la dynastie des Wattassides. En difficulté contre les Portugais ayant pris le contrôle de la côte et ne régnant plus que sur une petite partie du territoire, ils laissent finalement le pouvoir aux Saadiens, d’origine arabe, en 1554.

Des Saadiens aux Alaouites

Le sultan Ahmed al-Mansur Saadi, Avant même de prendre le pouvoir sur le Maroc entier, la dynastie prend le pouvoir en 1511 à Marrakech et contrôle une grande partie des territoires. Après l'abdication wattasside, ils doivent repousser les attaques de l'Empire ottoman. Est alors décidée une alliance avec les Espagnols, ce qui déplait à l'Empire ottoman qui fait tuer le sultan saadien. Leur pouvoir n'en faiblit cependant pas et l'heure est maintenant à la réunification du Maroc et à la défense du territoire contre le Portugal. Après une période de conflit avec les Turques, une alliance se crée finalement et le Maroc gagne en pouvoir. Le royaume s'étend jusqu'en Afrique occidental, où se trouve aujourd’hui le Mali, où l'influence spirituelle y est aussi forte. L'âge d'or de la dynastie s'éteint avec la mort en 1603 du sultan Ahmed.

A la mort du dernier Saadien en 1659, les différents pouvoirs régionaux s'affrontent pour le pouvoir national. Ce sont les Alaouites qui s'imposent au milieu du 17ème siècle. La ville de Meknès devient la nouvelle capitale et le sultan Ismaïl fait construire une cité interdite où il réside avec sa Cour, son harem et les hauts fonctionnaires de l’administration. Ismaïl construit une armée forte et crée des alliances avec la France, puis l'Angleterre suite à l’accession du neveu de Louis XIV au trône d'Espagne. Au fil des décennies, le Maroc s'ouvre diplomatiquement, crée une alliance avec les Etats-Unis à peine nés et signe des traités avec les puissances européennes.
Après des décennies d'instabilité, l'ordre marocain est de nouveau déstabilisé par les campagnes colonialistes européennes. La France, qui envahit l'Algérie en 1845, fait signer au Maroc un traité délimitant les frontières entre les deux pays. Malgré une industrialisation en marche, la situation économique du pays s'affaiblit, attirant la convoitise de l'Europe. Entre 1902 et 1904, la France annexe des régions marocaines orientales et sud-orientales. En 1912, l'Empire alaouite est placé sous protectorat franco-espagnol.

Le 20ème siècle

Le sultan est maintenu au pouvoir de façon symbolique, la France ayant une marge de manœuvre large sur le pays. La France développe les infrastructures nationales. De nombreux Français s'installent au pays. Du côté du protectorat espagnol, la tribu berbère des Beni Ouriaghel se révolte contre le pouvoir. C'est la guerre du Rif, débutée en 1921, où les Berbères anéantissent l'armée espagnole composée de 60 000 soldats. Une république est mise en place, mais est écrasée en 1926 par l'armée du maréchal Pétain après que les Rifains aient tentés de rallier les Marocains sous protectorat français. Mais cette défaite n'éteint pas les aspirations indépendantistes et nationalistes marocaines.
Lorsque la Seconde Guerre Mondiale s'enclenche et que la France est battue, le Maroc passe sous l'autorité du régime de Vichy. Mais le sultan refuse de se soumettre aux lois antisémites et soutient ouvertement la France libre. Après le débarquement américain sur ses côte en 1942, le protectorat français abandonne le régime de Vichy pour soutenir les Alliés. La conférence de Casablanca marque un tournant de la guerre. Après cela, le sultan Mohammed Ben Youssef est traité comme un chef d'Etat à part entière, ce qui incite les indépendantistes à reprendre leur combat. L'Armée de libération nationale est créée dans les années 1950 et entame une lutte armée contre les autorités françaises. En 1955, la France reconnait l'indépendance du Maroc. Le 2 mars 1956, l'indépendance est officiellement proclamée.

En 1961, Hassan II est proclamé roi du Maroc. Commence alors un règne mené d'une main de fer, avec une répression politique forte. Parallèlement, le pays adhère au panafricanisme, à l'Organisation de l'unité africaine, soutient le FNL algérien, combat les pro-soviétiques congolais et met en place une "marocanisation" des entreprises toujours possédées par des anciens colons. Les inégalités sociales restent cependant fortes. En 1999, le fils d'Hassan II, Mohammed VI, est intronisé. A la suite du printemps arabe de 2011, celui-ci accepte de signer une nouvelle Constitution.

Plus d'infos sur les voyages