english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire de l'Italie

De la Rome Antique à aujourd'hui

Invasions, dominations et unification

Romulus et RemusCe qu'on appelle aujourd'hui l'Italie a été habitée dès le Paléolithique. De nombreux peuples se succédèrent, dont les Etrusques, jusqu'à la fondation de Rome au 8ème siècle av. JC. Selon la légende, ce sont Romulus et Remus qui seraient à l'origine de la fondation de la cité.

La République de Rome est fondée au 6ème av JC (509), après deux siècles de monarchie. Les trois guerres puniques contre l'Empire carthaginois assurent le contrôle de la région. Au 1er siècle av. JC, Rome contrôle tout le bassin méditerranéen, de la Macédoine à l'Asie mineure en passant par l'Afrique du nord. Après de nombreux conflits internes, la République se transforme en Empire Romain. L'extension des territoires de l'Empire contribue à l'exportation de la culture latine partout en Europe, dont on retrouve encore l'influence aujourd'hui.

A la suite des guerres contre les Wisigoths, les Huns et les Vandales, l'Empire s'affaiblit et se sépare en deux parties : l'Empire romain d'Occident et l'Empire romain d'Orient (composé, entre autre, de la Grèce)
L'Empire romain d'Occident s'effondre rapidement et au 5ème siècle, c'est la fin de celui-ci.

Le Moyen-Age, les Byzantins et les Lombards

Les Byzantins, maîtres de l'Empire romain d'Orient, reconquièrent le territoire occidental. Les Lombards (à l'origine en Autriche), s'emparent du nord de l'Italie. Mais le Vatican, à l'aide de Charlemagne, écrase ces derniers.
Au 8ème siècle, l'Italie est déjà composée d'une myriades de petits états. Byzance possède encore quelques territoires. Mais le Vatican possède une forte influences sur les territoires, qui permet une certaine cohésion et cohabitation entre les peuple italo-romain et germaniques.

De nombreuses républiques se créent au 10ème siècle, comme Gênes, Pise et Raguse. Elles sont suivies au 12ème siècle par Venise, qui devient rapidement la plus puissante d’entre elles en s'imposant comme première puissance économique et militaire du bassin méditerranéen. Des guerres éclatent entre ces petits états indépendants et la papauté.

La Renaissance et le siècle des Lumières

Pascal Paoli, instigateur de la révolution corseAu début du 16ème siècle, une lutte de domination entre l'Espagne et la France pour le territoire italien éclate. La plupart des états italiens finissent sous l'influence espagnole pendant un siècle et demi. L'Italie participe ensuite activement aux guerres et conquêtes espagnoles en Amérique latine.

Au début du 18ème siècle, les états italiens sont mis à mal à la suite des nombreuses guerres, de la peste et du sous développement économique du pays. La deuxième partie du siècle voit arriver une légère amélioration des conditions de vie. Mais Gênes, autrefois l'une des républiques les plus puissantes du pays, perd de son pouvoir. La Corse, elle, s'autoproclame indépendante : c'est la première démocratie moderne d'Europe, où le suffrage universel est mis en place. Mais la France passe un accord avec la République de Gênes et envahit l'île en échange de l'abandon des dettes dues par Gênes à la France.
La Révolution française, elle, impulse un mouvement de révolte un peu partout dans le pays. Après la prise de pouvoir de Napoléon, les états passent peu à peu sous influence française. Le Royaume d'Italie est créé. Après la défaite de 1814 de l'Empire français, l'ancien régime est remis en place en 1815 après le Congrès de Vienne.

Le Royaume d'Italie

Tous ces événements mènent au début de l’unification de l'Italie. En 1859, une guerre d'indépendance, menée en particulier par Garibaldi, éclate. En 1861, la déclaration du royaume d’Italie (sans Venise et Rome) est promulguée. La France annexe Nice, alors sous le joug italien, ce qui mène à une grande révolte des habitants et à la colère du royaume italien. La Savoie connait le même sort, mais le royaume renonce à une guerre en raison de son conflit contre l'Autriche. Finalement, l'Italie s'allie à la Prusse contre ces derniers et récupère Venise.

La monarchie toujours en place pratique une politique droite libérale et tente de réduire les déficits de la guerre. Le nord s'industrialise rapidement, au contraire du Sud. Un phénomène d'immigration vers le Nord, la France, la Belgique et l'Amérique latine voit le jour. Le système de suffrage censitaire empêche une grande partie des italiens de voter. En 1870, Rome est enfin annexée, malgré les protestations de l’Église. Rome devient la capitale du royaume, mais le Vatican met en place une suite de lois garantissant l'excommunication des catholiques italiens prenant part à la politique du royaume. Se renforce alors le sentiment anticléricale des dirigeants.

En 1876, la gauche protectionniste et industrialiste prend le pouvoir en Italie. Le pays se lance alors dans la colonisation de l'Afrique, mais ses tentatives restent majoritairement infructueuses, les grandes puissances européennes empêchant le royaume de s'emparer de trop de terres africaines. L’Éthiopie, l’Érythrée et la Libye sont colonisées.

Première et Seconde Guerre Mondiale

Benito MussoliniPendant la Première Guerre Mondiale, l'Italie, tout d'abord membre de la triple alliance, rejoint la France et le Royaume-Unis dans la triple entente en 1915 en échange d'une promesse de récupérer de nombreuses terres autrichiennes. Au terme de la guerre, l'Italie récupère les territoires de Trentin, de la Vénétie julienne, de l'Istrie et du Firoul. Mais c'est en réalité bien moins que les territoires qui lui avait été promis.

Le traité de Versailles est vécu comme une trahison par le peuple italien. Le pays a perdu plus de 600 000 soldats au combat et la situation socioéconomique est au plus bas. Une guerre civile éclate entre fasciste et socialiste, sous le regard impuissant du royaume de Victor-Emmanuel III. L'action fasciste, violente et soutenue par les classes possédantes, gagne du terrain. C'est ainsi que Mussolini prend peu à peu du pouvoir dans le pays. Il est d'abord élu au parlement, puis après une marche sur Rome en 1922, devient Premier Ministre. Il impose peu à peu un régime dictatorial, sous l’œil bienveillant de la droite italienne qui cherche à éloigner le spectre du bolchévisme.

En 1926, les partis politiques sont interdits, la presse est censurée et une police secrète est instaurée. Malgré une forte répression, la politique de Mussolini reste très à gauche. La journée de 8h est créée, le travail de nuit est interdit aux femmes et aux mineurs, certaines entreprises privées sont nationalisées. Il ratifie en 1929 les accords du Latran avec le Vatican, mettant fin à un conflit resté latent depuis l'unification. Le catholicisme devient religion d'Etat.

En 1936, l'Italie s'allie à l’Allemagne. Elle entre en guerre au côté de cette dernière contre la France et le Royaume Unis en 1940. Mais seulement trois ans plus tard, les débarquements américains détruisent le régime fasciste et le pays se range aux côtés de la France et du Royaume Uni. Cette défaite mène à la fin de la monarchie et la république est votée en 1946. Jusqu'à 1993, c'est le parti démocrate-chrétien qui dirigera la présidence du Conseil italien.

En 1957, l'Italie participe à la signature du traité de Rome, qui marque la naissance de la Communauté économique européenne. Une grave crise politique secoue le pays dans les années 70 avec l’apparition des Brigades Rouges, révolutionnaires communistes. Ils enlèvent et assassinent le chef du gouvernement, du parti démocrate-chrétien, en représailles de la "stratégie de la tension" dédiée à la décrédibilisation de la pensée communiste. Dans les années 90, le gouvernement italien avoue l'existence d'un réseau créé spécialement pour la lutte contre le communisme. L'Italie entre dans l'euro en 1998.

Après une première victoire - courte - en 1993, Sylvio Berlusconi revient à la tête de l'Etat en 2001, avant d'être battu en 2006 et de revenir à nouveau en 2008, avec un populisme médiatique ponctué de nombreux scandales, de moeurs notamment.

Aujourd'hui, l'Italie fait face à une grave crise migratoire. Située aux portes de l'Afrique, plus de 600 000 migrants sont arrivés sur les côtes ces dernières années. Une crise que le gouvernement est aujourd'hui incapable de gérer et qui a mené à la montée de l'extrême droite néofasciste aux dernières élections.

Plus d'infos sur l'Italie