english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Vivre le Grand Prix moto de Malaisie

Welcome to Malaysia !

Vous aimez la moto et les voyages, que diriez-vous de vous offrir un GP « exotique » au milieu de vos vacances en Asie ? C’est ce que nous avons fait en profitant du GP de Malaisie. Découverte d’un pays… dépaysant !

Les tours Petronas à Kuala Lumpur

Alors que chez nous s’installe l’automne, de l’autre côté de l’équateur, il fait encore un soleil éclatant, voire écrasant. De quoi faire le plein d’énergie avant l’hiver. La mousson ne va pas tarder à arriver (de novembre à mars), mais pour l’instant il fait chaud et humide. Le GP de Malaisie est la parfaite illustration de cette météo particulière, avec des températures dépassant les 35° dans l’air (+ de 60° sur la piste !), une humidité relative de 90 ou 100 % avec parfois des pluies qui peuvent vous surprendre. De fait, la valse des pilotes de moto GP qui s’entraînent systématiquement à changer de moto dans les stands nous vaut à elle seule quelques bons moments pendant les essais. D’ailleurs ce GP a quelque chose de magique. Le cadre du circuit de Sepang et son tracé, sont magnifiques.

Suivre un GP sur un circuit entouré de pelouses et de palmiers, ça fait un bien fou à la tête.

Le GP moto sur le circuit du Sepang

De plus, le tracé, très réussi, permet aux spectateurs de bien suivre la course, en voyant les motos en plusieurs endroits, sans perdre une miette de la course, grâce aux écrans géants. Cette année nous avons eu droit à des passes d’armes magnifiques, particulièrement en moto3, mais vous connaissez déjà les résultats, alors parlons un peu des à-côtés. Nous avons arpenté les stands pour regarder les moto3 justement, car elles font preuve de diversité dans à un univers souvent uniforme et nous avons aussi arpenté le pays, pour découvrir la Malaisie et ses trésors.

Le Grand Prix moto de Malaisie

En route pour quelques belles ballades et tout ce qu'il y a à voir !

Haute voltige !

Les tours Petronas de jour

Kuala Lumpur est célèbre pour ses superbes tours jumelles hautes de 452 m. Reliées par une passerelle de 750 tonnes à 170 m de hauteur, elles furent le théâtre des acrobaties de Sean Connery et Catherine Zeta Jones dans le film « Haute voltige ». Construites par Petronas, elles dominent la ville et même la tour Kuala avec son antenne TV qui culmine à 421 m. C’est d’ailleurs de là-haut que vous les verrez le mieux, ou d’en bas; car à l’intérieur et la vue ne sont pas particulièrement spectaculaires. L’humidité ambiante bouche l’horizon et on ne voit pas aussi loin qu’on pourrait l’imaginer. De plus Kuala Lumpur a tout d’une « ville champignon ».

Détruite par un immense incendie en 1880 elle n’a plus guère de vieux quartiers et entre 1980 et aujourd’hui, sa population est passée de 400 000 à 3 Millions d’habitants (+ 2 millions dans l’agglo). Hormis quelques vestiges de l’époque coloniale, son intérêt véritable réside plus dans l’activité qui fourmille et qui tourne autour du commerce. Les centres commerciaux et autres boutiques de luxe sont nombreux. Si votre compagne ne veut pas voir les essais du GP, elle trouvera largement de quoi s’occuper en centre-ville. Le marché chinois vaut à lui seul son pesant de cacahuètes. Version asiatique des souks nord-africains, il est largement pourvu en montres, lunettes, t-shirts, sacs et maroquinerie de luxe… C’est le royaume de la contrefaçon, vous y ferez de bonnes affaires en passant du bon temps. Attention cependant, en rentrant, les douaniers français ont sans doute beaucoup moins d’humour que les vendeurs malaisiens.

Les rues de Kuala Lumpur

Plus typique par contre, la fabrique d’objets en étains de Royal Selangor est à visiter. Vous pourrez même vous essayer à la fabrication d’un bol à partir d’une fine plaque d’étain circulaire. Au-delà de cette expérience amusante, vous découvrirez le travail de cette matière très malléable et de magnifiques objets classiques, ou contemporains réalisés par des designers que vous pourrez ramener, sans crainte des douaniers cette fois. Enfin sauf cette chope de bière, dimensionnée pour le Guinness book plus que pour la Guinness !

La fabrique d'objets en étains de Royal Selangor

Artificiel

Profitant d’une économie dynamique et de richesses naturelles (pétrole, étain, bois, main d’œuvre jeune et assez bon marché) le gouvernement s’est lancé dans la construction d’une cité administrative, au sud de Kuala Lumpur, entre 1997 et 2005. Un projet grandiose baptisé PutraJaya (Littéralement, le succès du prince). Crée en pleine forêt, sur l’idée d’un architecte nippo-américain, la ville comporte un immense lac artificiel et une île desservie par des ponts qui imitent des ouvrages existants (dont le pont Alexandre III). Faisant la part belle aux espaces verts, Putrajaya, bien que moderne vaut le détour, les architectes s’y sont donnés à cœur joie. On en a un bon aperçu en faisant le tour, façon bateau mouche. Si vous avez plus de temps, vous pouvez vous y attarder, le soir, les illuminations sont superbes.

PutraJaya

Pont Alexandre III

Spirituel

La Malaisie est un melting-pot de cultures et d’origines. Cela se retrouve dans la cuisine (mélange de chinois, indien et thaïlandais) et dans les religions. Ici mosquées et temples indou se côtoient. Au nord de Kuala Lumpur, nous sommes allés visiter le temple de Batu caves qui est le plus grand sanctuaire indou en dehors de l’Inde. La statue de Lord Murugan, 1er fils de Shiva, vous domine du haut de ses 42 m 70. Entièrement dorée, elle garde l’entrée du temple situé dans des grottes au sommet d’un escalier de 272 marches. Les pèlerins viennent s’y recueillir.

Le temple de Batu caves

C’est coloré, animé et même folklorique avec tous ces singes qui gesticulent autour de la foule et montent l’escalier, mais pas vraiment pour se recueillir...

Singe dans les temples

Ici la Malaisie évoque vraiment l’Inde.

Naturel

Désolé, je suis un peu mégalo, mais je n’ai pas résisté, j’ai fait un selfy ! Notre voyage s’est prolongé au nord-est vers la réserve de Taman Negara. Une forêt, que dis-je, une jungle, considérée comme la plus ancienne du monde, puisque vieille de 130 millions d'années ! On peut y accéder en voiture, mais le plus sympa c’est de remonter la rivière en bateau, dans des embarcations longues et étroites qui filent à 25 km/h sur la rivière aux eaux colorées par la terre. Un trajet sublime et pittoresque, avec des images façon « apocalypse now »… En beaucoup plus pacifique bien sûr !

Réserve de Taman Negara

En chemin, vous découvrirez une végétation luxuriante, avec des arbres vieux de 1000 ans et hauts de 80 m, enserrés par des lianes qui peuvent atteindre 1 km de long ! Des sentiers aménagés permettent de s’y promener en toute quiétude et d’observer çà et là des insectes ( termites, fourmis balèzes, gros papillons), oiseaux, lézards, iguanes, serpents avec un peu de chance, tapir, buffles sauvages, etc…

Iguane dans la réserve

Nous vous conseillons pour cela la promenade nocturne avec un guide et le tour suspendus sur les passerelles à 40 m de haut dans la canopée.

chasseurs-cueilleurs habitant la forêt

Magnifique, une expérience unique ! Profitez-en ensuite pour reprendre les bateaux et remonter plus haut le cours de la rivière à l’assaut de quelques rapides, pour rencontrer un peuple de chasseurs-cueilleurs habitant la forêt. Ils vous apprendront à tirer à la sarbacane et à allumer du feu sans allumette. Ça peut toujours servir, surtout si vous envisagez de participer à Koh Lanta… L’expérience des rapides vous laissera un souvenir humide. Sauf à avoir un appareil photo 100% étanche, vous n’en ramènerez pas de photo cependant, mais l’eau est bonne et c’est une franche rigolade !

A découvrir

Ces quelques jours autour du GP nous ont permis de découvrir une partie des aspects de la Malaisie, mais bien sûr pas d’en faire le tour. Le pays comporte encore mille et une richesses que les habitants, les guides touristiques (en papier ou debout sur leur jambes) vous feront visiter.

Plages magnifiques, eaux limpides, villes historiques de Malaca et Georgetown, vestiges coloniaux, collines couvertes de champs de thé, etc sont autant de sujets d’émerveillement. Pour les motards, certains tours opérateurs proposent des virées en moto. Sachez tout de même que là-bas, on roule à gauche et que faute d’une taxe à 100% sur les motos de plus de 300 cc et 300% au-delà de 500 cc, les 800 000 motards malaysiens roulent essentiellement sur des petites cylindrées 125/135 et 150 cc.

Moto ou mobylette pour Racing Boy

Nous avons tout de même croisé des motards (souvent étrangers) sur la route du GP et vu aussi quelques préparateurs sympas et inventifs qui travaillent sur des petites cylindrées méconnaissables, ou des Harley et d’autres machines avec des réalisations remarquables. Allez flâner dans les échoppes, il y a de belles choses à voir.

Préparation soignée

Architecture


Aspects pratiques

Pour communiquer, il faut parler l’anglais.
Le voyage vers la Malaisie coûte entre 600 et 900 € selon que vous prenez avec escale ou sans. Trois compagnies la desservent : Air France, Ethiad et Air Malaysia.
Remerciements à l’Office national du tourisme de Malaisie : 29 rue des pyramides 75001 Paris (01 42 97 41 71) www.tourism.gov.my et à Christophe Dieme, notre accompagnateur.

La monnaie locale est le Ringgits. 1 € correspond environ à 4 Ringgits.

Pour dormir comptez environ 20 e la nuit pour un logement prore avec salle de bain et WC individuel et 70 € dans un hôtel de luxe
Pour manger comptez ¾ € pour un plat traditionnel avec boisson. La cuisine est variée et excellente.
Pour fumer un pétard… Evitez ! Dans l’aéroport, des spots publicitaires vous rappellent qu’ici on ne rigole pas avec la drogue et que la peine encourue est… la pendaison ! Et ce n’est pas du cinéma !

Sinon ni vaccin, ni visa ne sont exigés, juste un passeport valable 6 mois après votre retour.

Les voitures roulent à gauche.
Les guides : Le Petit fûté, le Routard, Lonely planet.
Notre guide : Shyam Parmar, super cultivé, il parle 8 langues ! wwwasiansafari.com.

Bon voyage !

Dernier point, 2015 sera l’année des festivals, il y aura donc encore plus d’animations… et toujours un GP motos !

Plusieurs agences spécialisées sont aussi à même de vous conseiller :

Plus d'infos sur la Malaisie

Commentaires

waboo

Je crois que je vais regretter...

Super voyage en tout cas !

26-11-2014 09:06 
Maya46

Je confirme pour la Malaisie et le GP Moto de Sepang. Nous y avions fait escale en 2012 pour visiter le Cambodge et la Thailande (Visite des Petronas Twin Towers, et Le GP à Sepang) et cette année, nous avons visité la Malaisie (Perhentian Island, Redang, Taman Negara, Cameron Highlands, Penang, Langkawi, Koh Lipe (Thailande, 60 km de Langkawi en bateau), Malacca et Kuala Lumpur (Batu Caves et Diner à la Menara Tower, panoramique à 360°) et GP de Sepang. On était dans la tribune Fan Club Valentino Rossi, au bout de la ligne droite des stands. On nous voit un peu sur la photo, à gauche du de la banderole, au niveau du poteau en forme de triangle, debout, tee shirt noir et casquette jaune ;o)
Sinon, des vols entre 500 et 600 ¤ avec 1 escale avec Oman Air ou Emirates (A380)

14-12-2014 20:16 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous