Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

La ville de Martigny, carrefour de l'histoire

Visite de la Fondation Pierre Gianadda

Ville et chef lieu du district de Martigny dans le canton de Valais

En partenariat avec l'Office du Tourisme Suisse, nous vous proposons de découvrir une sélection des points d'intérêts du canton du Valais. Quatre jours me sont dévolus mais ce périple mérite bien sur d'y consacrer au moins une semaine pour découvrir sereinement les lieux.

Visite de Martigny et de sa Fondation Pierre Gianadda

Beaucoup de visiteurs empruntent le trajet via Genève, mais si vous arrivez par le Nord de la France, passez la frontière à Jougnes (près de Pontarlier) et empruntez l'autoroute qui mène vers Lausanne. Après quelques kilomètres, la chaine de Haute-Savoie et les Alpes françaises et Suisse se livreront déjà à vous par beau temps. Plus loin, traversant le canton de Vaud, la descente sur le Léman captera vos prunelles. Sur la rive nord, les coteaux de Lavaux, baignés de soleil, agrippent leur vignes cultivées en terrasses vers les hauteurs. Changeantes, les nuances du grand Lac possèdent une luminosité rare; et sa surface semble soutenir les hauts-reliefs tombant de la rive sud. A son extrémité est, on remonte alors le Rhône dans la vaste vallée éponyme parcourue de champs. Le fleuve fait alors un brusque coude, signalant ma première destination.

Au croisement des axes routiers du Grand-Saint-Bernard et du Simplon, Martigny est, par sa population (17.837 habitants), la deuxième ville du canton après Sion. En latin d'origine gauloise, son nom d'Octodurus signifie "les Huits portes" prouvant bien l'importance de sa situation géographique. Ce passé laisse de nombreuses ruines romaines, dont des arènes en bon état de conservation. Plus tardif, le château de la Bâtiaz, construit au XIIe siècle et dont le maître d'œuvre est sans doute l'évêque de Sion, domine la ville. Sa silhouette est devenue symbole touristique de la cité. Vignes et vergers l'entourent et depuis, 1889 Martigny est le siège de la maison familiale Morand, lieu de distillation de la Williamine (eau de vie de poire). Carrefour des cultures dont elle conserve un héritage remarquable, la ville bénéficie également du climat valaisan qui, par le passé, a déjà su séduire des personnalités intellectuelles et artistiques renommées telles Rousseau, Goethe, Stendhal ou Liszt. Martigny conserve toujours cet ADN créatif; vous pourrez admirer les vitraux de l'Eglise protestante réalisés par l'artiste suisse Hans Erni ainsi que ceux de la Chapelle de la Bâtiaz, oeuvre du Père Kim en Joong.

Les vitraux de l'église protestante ont été réalisés par Hans Erni

Autrefois indépendants, les quartiers historiques de La Bâtiaz et du Vieux Bourg, charmeur et pittoresque, sont désormais unis au sein de la même commune. C'est au pied du deuxième que la ville abrite une importante galerie d'art, la Fondation Pierre Gianadda, au rayonnement international. Fondée par Léonard Gianadda en 1977 et inaugurée un an plus tard, cette institution est le fruit de deux événements. Ingénieur et entrepreneur, son fondateur découvre en 1976, alors qu'il envisageait de construire un immeuble locatif sur une parcelle de terrain lui appartenant, les vestiges d'un temple gallo-romain, le plus ancien de ce type en Suisse. Peu de temps après son frère Pierre décède tragiquement des suites d'un accident d'avion en voulant porter secours à ses camarades. Particulièrement touché par cette tragédie, Léonard décide de créer une fondation pour perpétuer le souvenir du disparu. Autour du temple antique, il fait ériger un centre culturel qui expose, au premier étage, de nombreux objets et sculptures antiques retrouvés sur les lieux .

La fondation Pierre Gianadda

Le rez-de-chaussée accueille deux expositions de prestige par an, consacrées à des artistes mondialement célèbres. Enfin au sous-sol, un Musée de l'automobile renferme des véhicules exceptionnels. De par sa persévérance et sa passion pour les Arts, Léonard Giannada sait proposer des événements européens incontournables. Depuis 1980, la fondation a ainsi présenté toiles, sculptures ou dessins des plus grands artistes : Klee, Picasso, Giacometti, Schiele, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Braque… etc. Des thématiques sont également organisées, Manguin parmi les Fauves, de Goyat à Matisse. Enfin, des prêts exceptionnels de magistrales collections privées donnent alors accès à des oeuvres autrement inaccessibles : Collection Jacques et Natasha Gelman : de Matisse à Picasso ou oeuvres de la Collection Barnes (USA). C'est actuellement une nouvelle sélection du génie espagnol moderne qui orne les cimaises de la fondation. En hommage à Jacqueline Picasso, dernière femme du peintre disparue il y a trente ans, un ensemble inédit de peintures, gravures, linogravures, céramiques et sculptures mettent en lumière l’œuvre tardive de Picasso.

Picasso, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Braque... les plus grands artistes ont été exposés dans la galerie

A l'issu de votre visite, vous n'oublierez pas de satisfaire votre goût pour la mécanique en admirant les bolides du siècle dernier.

Un petit tour s'impose pour admirer les mécaniques du siècle dernier

Enfin, avant de quitter les lieux, la quiétude du parc entourant le bâtiment vous permettra de flâner au milieu de sculptures, parfois monumentales, dominées par les cimes des montagnes environnantes.

Les jardins de la fondation

Pour conclure la journée, rejoignez le vieux bourg tout proche et arrêtez-vous dîner au café Le National. Institution culinaire, l'établissement mêle différentes ambiances : chalet intimiste ou plus moderne. Le cuisinier des lieux propose un retour à la simplicité et l’authenticité des goûts. Les spécialités valaisannes sont bien sûr à l'honneur, mais, en octobre, la chasse fournit des recettes locales incontournables : terrine de foie gras de canard, pâté de gibier maison, atriaux de gibier, civet et selle de chevreuil, caille farcie aux raisins, vermicelles au kirsch ou vacherin glacé aux marrons confits maison… Des saveurs authentiques à accompagner de vins locaux surprenants de finesse et d'élégance. Si les prestations sont dans une fourchette tarifaire moyenne/supérieure, le rapport qualité-prix est sans faute de goût, à l'image de mets et breuvages proposés et le temps passé en ces murs est un plaisir de chaque instant.

A deux pas, l'hôtel du Forum (Romain) vous recevra dans un confort moderne. Idéalement situé pour poursuivre votre route, il permet facilement d'accéder facilement au réseau routier d'importance, telles la route du col du Grand-Saint-Bernard ou celle du col de La Forclaz. Des destinations de choix pour tout motard…D'ailleurs, la commune propose 16 idées de balades à moto en partenariat avec la Fédération Motorisée Valaisanne (FMVS). Quant à moi, je rejoindrai l'autoroute pour la suite de mon parcours, vers Sion et particulièrement Nendaz où je me rends demain pour randonner à la découverte des bisses.

L'hôtel du Forum permet de rejoindre rapidement les routes des cols suisses

Le Roadtrip du Valais

Plus d'infos sur la Suisse