english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Le permis moto

Cours n°13 : à deux, c'est mieux !

Vendredi après-midi, 15h30 !

Permis moto : cours n°13Cela fait deux jours qu'il pleut des trombes, et l'élève a bien failli annuler le cours. Pourquoi ? Il pleut et elle n'est vraiment pas en forme. Ceci ajouté au numéro du cours, elle ne veut pas renouveler l'erreur d'un cours de fin de semaine où l'on cumule fatigue, stress et en plus sous la pluie : toutes les conditions pour aller à la faute. Elle a bien appelé d'ailleurs pour annuler le cours mais il était trop tard, si elle ne voulait pas le perdre.

Elle arrive donc sur la piste, un peu à contrecoeur. Une première surprise l'attend : les autres élèves se sont eux aussi décommandés. Elles ne seront donc au final que deux pendant tout le cours avec le moniteur : presque un cours particulier. Cela sera-t-il plus efficace qu'un cours à cinq ?

Christophe prend donc le cours en main. Comme traditionnellement, les élèves commencent à tourner sur le circuit, histoire de faire chauffer les motos et surtout reprendre la moto en main : échauffement. Le cours réel commence ensuite sur le lent.

Les explications saluent le début du cours; autant de rappels qui finissent par être du rabachage à la longue, car presque identiques à chaque cours : "L'important, c'est la stabilité. On place bien ses pieds sur les repose-pieds. On doit avoir de la force. Ensuite on ne regarde pas le poteau à passer mais le suivant. On ne se soucie pas de l'endroit où l'on passe mais de l'endroit où l'on va passer ensuite".

Permis moto : cours n°13Les premiers tours sont hésitants mais çà passe, d'autant plus que Christophe guide les premiers passages de la voix, en donnant le "top" pour tourner la tête et regarder la porte suivante. Il s'arrête rapidement et les élèves tournent... sans problème.

Les passages suivants sont un peu en retard. Cela passe mais la dernière porte se termine toujours un peu limite : c'est le retard pris sur la première porte qui se décale au fur et à mesure jusqu'à la dernière. Mais, au fur et à mesure des passages, tout revient dans l'ordre.

Permis moto : cours n°13En fait, pour Sandrine, on dirait que tout est naturel aujourd'hui. La tête tourne de façon anticipée, bien, dans les temps, et la moto suit. Finalement, elle n'arrive plus sur le dernier plot à l'arrachée mais pourrait continuer ainsi sans s'arrêter. On aurait pu penser au début qu'il s'agissait d'un, puis deux, puis trois bons passages, mais tous les passages sont aussi réguliers les uns que les autres. C'est enfin acquis !

Le cours vu par Sandrine
Après ce duo, nous repartons en solo pour le même circuit. Je sens les progrès arriver et peut être la victoire...
A suivre...

Le moniteur décide alors de passer à l'exercice en duo !

Il s'agit du même exercice, mais cette fois, l'élève n'est plus seule sur la moto. L'autre élève est derrière. Et c'est reparti, non pas sur un bout du parcours (comme au permis) mais sur l'ensemble du parcours.

Permis moto : cours n°13C'est dur, çà force, mais çà passe. Et les élèves alternent donc tout à tour les passages sans - presque - aucune difficulté.

Tout au plus, peut-on remarquer sur les derniers passages, un pied à terre de rattrapage...

La fatigue commence quand même à arriver après déjà une heure de cours. Il est temps d'arrêter le duo. Les élèves font encore deux passages, en solitaire cette fois-ci, avant de passer au rapide.

Le rapide

Premier passage avec l'exercice du rétrogradage. Sandrine s'élance et la moto balance : gauche, droite, gauche... le demi-tour s'exécute dans la foulée et le retour impeccable : le tout en 22"7, soit le temps nécessaire en temps de pluie pour réussir.

Le moniteur salue le passage : "Tu prends les cônes bien large, cela te permet de garder de la vitesse, c'est enroulé, rien à dire".

Il passe rapidement au freinage et rappelle la théorie : "On rentre de l'autre côté par rapport au rétrograsage, on sort une porte plus tard, on maintient sa vitesse jusqu'à la ligne d'évitement. On verrouille les bras afin de maintenir la moto dans l'axe, on utilise essentiellement le frein avant, on appuie très légèrement sur le frein arrière, on garde le regard loin, on oublie l'embrayage... On a le droit de caler, à condition de ne pas tomber."

Il continue pour la répartition frein avant/arrière :"Il faut doser le frein arrière, soit en appuyant très doucement, soit à la manière 'ABS' : on appuie, on lache, on appuie... mais ce n'est pas facile".

Le cours vu par Sandrine
Problème et frayeur : l'avant a tremblé car je n'ai pas bien bloqué mes bras au freinage...
A suivre...

Sandrine réalise son premier passage, mais l'arrivèe est un peu en catastrophe. Christophe débriefe avec l'élève : "D'abord, tu n'as pas verrouillé tes bras. Du coup, le guidon n'était pas tenu. Ensuite, tu as appuyé fort dès le début mais tu n'as pas relâché la pression au fur et à mesure."

Sandrine part donc pour un second tour et tombe avec un 22'26. Il la regarde et ponctue simplement d'un "impeccable" ! Les passages suivants se font sans problème, dans les temps avec une parfaite maîtrise de l'arrivée.

L'élève demande alors s'il est possible de faire un évitement, circuit qu'elle n'a pas encore eu l'occasion de réaliser.

Permis moto : cours n°13Christophe répond alors : "L'évitement demande une parfaite maîtrise du freinage, c'est ton cas maintenant. Mais il pleut et c'est la fin du cours. Pour commencer l'évitement, il vaut mieux un temps sec et que tu sois en forme, car c'est surtout lors de cet exercice qu'il y a des chutes. Donc, ce n'est pas la peine de prendre de risque. Par contre, pas de problème au prochain cours. Tu es prête pour cet exercice".

Sur ces mots, les élèves retournent sur le lent pour terminer le cours tranquillement avec quelques passages.

Le cours est passé à une vitesse folle, sans aucun temps mort. Le fait qu'il n'y ait que deux élèves donne l'impression aux élèves d'avoir beaucoup plus appris que d'habitude et plus vite. Il est vrai que l'on est plus proche là d'un cours particulier que "collectif" à cinq. La différence est vraiment notable et appréciable.

Sandrine termine le cours enchantée. C'est le premier cour en 600 qui se termine sans une seule chute. Elle a désormais confiance en elle et notamment sur le lent. Du coup, elle n'appréhende plus le demi-tour du rapide. Au contraire, elle s'amuse sur le rapide. Cela se sent, notamment au niveau de la régularité des temps réalisés lors de chaque passage.

Le cours vu par Sandrine
La conclusion du jour : du bonheur et de l'espoir ! Je sens que le l'objectif approche...
A suivre...

Il s'agit de son deuxième cours après son arrêt de trois mois et l'on a peine à y croire tellement elle est à l'aise, comme si au final, elle avait continué à travailler et à assimiler pendant toute cette période. Toujours est-il qu'à part l'évitement, l'élève est presque prête désormais pour le passage de l'épreuve du plateau.

Suite au prochain cours...

Sommaire                    
Cours > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]
Vu par l'élève > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18] [19] [20]
  [21] [22] [23] [24] [25]