english

Le permis moto : le 18e cours

vu par Sandrine

La motarde : SandrineAprès un cours de route, retour sur le plateau. Il est 19h30 mais il fait encore très chaud !

Motivée (je veux passer mon permis plateau !), je vais essayer de prouver mes valeurs (c'est un grand mot).

Echauffement

Je ne perds pas trop de temps (voir conseils de Vincent) et après un rétrogradage, je passe au freinage d'urgence.

Bonne nouvelle : je n'ai plus peur de serrer fort (ou moyennement fort) le frein avant, au départ pour le relâcher ensuite progressivement.

Premier chrono : 22 secondes. C'est mou !

Permis moto : cours n°18Je ne tire pas assez sur la 1ère au départ. André me rappelle la méthode « démarrer fort en 1ère puis 2ème, 3ème et je stabilise pendant le slalom ». En fait, j'ai du mal à doser mon envie de vitesse et ma peur d'aller trop vite au moment du slalom. Du coup, mon accélération ne reste pas constante - j'accèlère puis relâche l'accélérateur - et je donne quelques à coups.

Deuxième chrono : 21.7 secondes. C'est mieux…

André propose alors de prendre le guidon. Je passe donc passagère et m'accroche fort au motard. Cela va décoiffer !

1ère, 2ème, 3ème musclées et stabilisation (je la sens bien) et slalom (on a l'impression de plonger à chaque virage) et la surprise à la fin du slalom : « j'accélère après le dernier plot puis rétrograde 2ème et 1ère et hop je tourne la tête pour prendre le virage ou plutôt l'épingle à cheveu et c'est reparti. A l'arrivée, je freine et bloque fort mes bras avant de les relâcher progressivement».

Permis moto : cours n°18Le truc pour le slalom et l'épingle à cheveu, c'est d'appuyer sur les câles pieds (tourne à gauche = appui gauche) pour faire tomber la moto « une moto, cela se conduit avec les jambes ».

André enchaîne trois allers-retours pour essayer de me faire vivre et assimiler la technique. Cela va vite et le cerveau a dû mal à coordonner les mots et le ressenti physique.

Permis moto : cours n°18Pied à terre et je reprends les commandes de la machine. On va essayer… car jusqu'à aujourd'hui, je restais toujours en 2ème avant l'épingle à cheveu.

C'est parti : je tire plus sur la poignée au départ et essaye de stabiliser la vitesse. Fin du slalom, j'accélère avant de rétrograder en 2 puis 1ère et… je suis obligée de mettre le pied à terre lors du demi-tour car je n'ai pas assez de vitesse (c'est peut être dû à une peur). Je repars et arrive correctement en essayant de plus bloquer mes bras lors du freinage.
Verdict : le temps est meilleur : 21 secondes.

Je sens effectivement que c'est plus dynamique mais mon virage n'est pas bon et cela ne va pas s'arranger… 2ème, 3ème parcours et je pose toujours le pied à terre et franchis même la ligne blanche !

C'est la panique ! J'en suis à dix-huit cours et toute ma méthode est remise en cause! La méthode d'André doit certainement être la bonne mais j'hésite à l'adopter pour mon examen.

Bref, j'ai besoin d'une « pause » et je sens que j'ai besoin de faire du lent. J'ai besoin de me rassurer sur ma capacité à le faire.

Permis moto : cours n°18Les premiers passages sont durs… Au fur et à mesure, je reprends un peu la main. Mon regard est bien. Par contre, je ne me déhanche pas assez. J'ai depuis le début l'impression que le modèle gris de la Diversion est plus lourd au niveau du guidon que le modèle rouge de mes débuts (regardez sur les photos). Je mets pourtant un appui sur le cale pied extérieur mais cela ne suffit pas.

André me propose donc un exercice : le faire à un bras.

Je vais écouter le grand discours imagé d'André : « Penses que ta moto pue le camembert. Tu as donc envie de la repousser. Pour la repousser, tu te recules en allongeant le bras extérieur au virage et en te mettant le plus loin possible du virage ». Il faudrait un schéma !

Permis moto : cours n°18En fait, je prends conscience que mon mouvement de déhanchement n'est pas le bon. Je reste trop sur l'avant de la moto (le camembert sent bon !).

J'essaye donc de le faire avec un bras. A ma grande surprise, je réussis à passer quelques plots mais c'est toujours dur de faire contrepoids à la moto.

Mais cela finit par s'améliorer au fur et à mesure des passages… et c'est là que la fin approche. Le temps passe trop vite !

Je profite donc des derniers instants pour retourner sur le rapide et tester l'évolution de mon parcours.

Je me sens plus souple au niveau des bras et donc le slalom s'en ressent… mais le demi-tour n'est toujours pas ok ! Quelle méthode appliquer ? l'ancienne ou la nouvelle ? Je vais avoir quelques jours pour y réfléchir…

En tous les cas, c'est agréable de prendre les cours en soirée car on a un peu plus de temps, et notamment le temps que les motos de la journée soient mises au garage, que je mets à profit pour faire encore du lent.

C'est avec regret que je dois rendre la moto…. Mais avec bonheur que j'enlève le casque et les gants par cette canicule !

Suite au prochain cours...

Sommaire                    
Cours > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]
Vu par l'élève > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18] [19] [20]
  [21] [22] [23] [24] [25]          

HarleyHarley